Zimbabwe : Kofi Annan réitère son appel à l'arrêt des déplacements de populations

25 juillet 2005

Appelant une fois de plus à l'arrêt des destructions de logements et des déplacements de population au Zimbabwe, Kofi Annan a confirmé avoir exposé directement sa position au Président Mugabe.

Appelant une fois de plus à l'arrêt des destructions de logements et des déplacements de population au Zimbabwe, Kofi Annan a confirmé aujourd'hui avoir exposé directement sa position au Président Mugabe.

« J'ai parlé au Président Robert Mugabe vendredi dernier, afin de lui expliquer ma réaction » et « il a évoqué les autres aspects positifs des déplacements de population qui n'étaient pas couvertes par le rapport », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général dans un point avec la presse, au Siège de l'ONU, à New York (voir notre dépêche du 22 juillet 2005).

« J'ai souligné la nécessité de prendre des mesures pour aider les populations affectées, pour arrêter les destructions et pour s'assurer que ceux qui ont été affectés retrouvent un logement adéquat », a-t-il souligné.

Kofi Annan a indiqué qu'il avait accepté dans le principe, comme il le fait chaque fois qu'elle est lancée, une invitation du Président du Zimbabwe à se rendre sur place, même si aucune date n'est fixée pour l'instant.

« Je voudrais voir comment il est possible de résoudre certaines des questions soulevées dans le rapport », a-t-il déclaré, indiquant par ailleurs qu'il entendait « mobiliser la communauté internationale pour aider la population » et pour travailler avec le Gouvernement à « modifier la situation actuelle ».

Vendredi dernier, dans un rapport qualifié de « profondément alarmant » par le Secrétaire général, l'Envoyée de l'ONU au Zimbabwe avait dénoncé les destructions de bidonvilles par les autorités du pays qui ont laissé 700 000 personnes sans abri ou sans travail, provoquant une grave crise humanitaire (voir notre dépêche du 22 juillet 2005).

Anna Tibaijuka, Directrice de l'Agence des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) a indiqué avoir envoyé, dans le cadre de l'équipe permanente de l'ONU au Zimbabwe, un spécialiste des établissements humains, afin de conseiller le gouvernement sur le relogement des personnes déplacées, a précisé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Interrogé sur le montant de l'aide nécessaire, le porte-parole a indiqué que l'ONU procédait à une évaluation sur le terrain, après quoi un appel à contribution pourra être lancé.

Répondant à une question sur le point de savoir comment imposer des conditions de réforme au gouvernement du Zimbabwe avant de fournir une assistance, le porte-parole a souligné que le rapport d'Annan Tibaijuka avait été « très clair sur la responsabilité collective du gouvernement ».

image• Retransmission du point avec la presse[ 7 mins]

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.