HCR : augmentation du nombre de Libériens rapatriés de Côte d'Ivoire

19 juillet 2005

Un nombre croissant de réfugiés libériens en Côte d'Ivoire opte pour le retour au Libéria grâce au programme de rapatriement volontaire de l'agence de des NAtions Unies pour les réfugiés, qui cite l'amélioration des conditions de sécurité dans leur pays natal comme le principal facteur dans cette décision.

Un nombre croissant de réfugiés libériens en Côte d'Ivoire opte pour le retour au Libéria grâce au programme de rapatriement volontaire de l'agence de des Nations Unies pour les réfugiés, qui cite l'amélioration des conditions de sécurité dans leur pays natal comme le principal facteur dans cette décision.

« Quelque 5100 réfugiés sont rentrés dans les comtés du Maryland et de Nimba dans l'est du Libéria durant les quatre dernières semaines. C'est une nette augmentation comparée aux cinq premiers mois de l'année, pendant lesquels seulement 700 Libériens avaient été rapatriés de Côte d'Ivoire », a déclaré aujourd'hui la porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Marie-Hélène Verney, lors d'un point de presse au siège de l'ONU à Genève.

Quelque 47 000 réfugiés libériens demeurent toujours en Côte d'Ivoire, principalement dans la partie ouest du pays. Beaucoup d'entre eux ont hésité à retourner dans leur pays natal après avoir été témoins, à plusieurs reprises, de violences qui les ont forcés à l'exil, pendant les 14 années de guerre civile jusqu'à fin 2003, a rappelé la porte-parole.

La majorité des réfugiés sont rapatriés de villages depuis les préfectures de Guiglo et Tabou, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, où ils ont vécu pendant plus d'une décennie. Certains d'entre eux ont indiqué à notre personnel que leur retour est notamment motivé par le souci des conditions de sécurité, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire.

D'autres Libériens, qui espéraient aller aux Etats-Unis dans le cadre d'un programme de réinstallation du gouvernement américain, ont choisi d'être rapatriés, maintenant que le programme américain a pris fin. Quelque 6500 réfugiés libériens ont été réinstallés aux Etats-Unis depuis 2003 grâce à ce programme, mis en place dans l'urgence pour aider les réfugiés libériens aux prises avec la guerre ivoirienne et dans l'impossibilité de rentrer chez eux à ce moment-là.

D'autres facteurs ont donné un nouvel élan au rapatriement depuis la Côte d'Ivoire vers le Libéria, dont de meilleures conditions d'accueil dans les comtés du Maryland et de Nimba, où nous avons amélioré nos installations de transit, la capacité de transport et l'assistance. « Nous avons aussi amélioré notre campagne d'information sur le programme de rapatriement en rendant visite aux réfugiés dans les villages ivoiriens les plus éloignés, donc nous avons sensibilisé les réfugiés qui manquaient d'information objective sur la sécurité et les conditions de vie au Libéria dans la période d'après-guerre », a déclaré Marie-Hélène Verney.

« Depuis octobre 2004, lorsque l'UNHCR a lancé l'opération de rapatriement volontaire au Libéria en Afrique de l'ouest, nous avons aidé près de 28 000 réfugiés libériens à rentrer et construire une nouvelle vie au Libéria. Ces réfugiés ont été rapatriés principalement de Guinée, du Ghana, de Sierra Léone, du Nigéria et de la Côte d'Ivoire ». L'UNHCR et d'autres agences des Nations Unies ont aussi aidé à réinstaller 189 000 autres déplacés libériens dans leurs communautés d'origine.

« Bien que nous espérons voir continuer cette progression des retours depuis la Côte d'Ivoire, un ralentissement des départs est à prévoir car nous approchons des élections au Libéria prévues pour le 11 octobre cette année », a expliqué la porte-parole du HCR.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.