CIJ : le Secrétaire général salue l'arrêt sur le tracé de la frontière entre le Bénin et le Niger

13 juillet 2005

Au lendemain du prononcé d'un arrêt de la Cour internationale de justice qui règle un conflit frontalier entre le Bénin et le Niger, le Secrétaire général a félicité les deux pays de leur décision de régler leur différend de manière pacifique et en ayant recours à la juridiction de l'ONU.

« Le Secrétaire général prend note de l'arrêt de la Cour internationale de justice du 12 juillet 2005 dans le différend frontalier entre la République du Bénin et la République du Niger. Il félicite les deux pays de leur décision de recourir à la Cour internationale de justice pour un règlement pacifique de leur différend frontalier », indique un message">message transmis aujourd'hui par son porte-parole, qui « note avec satisfaction leur réaffirmation de respecter le verdict de la Cour et de le mettre en application ».

Hier, la Cour internationale de justice, le tribunal de l'ONU chargé de juger les différends entre Etats souverains, a rendu un arrêt qui décidé à l'unanimité que « la frontière entre la République du Bénin et la République du Niger dans le secteur de la rivière Mékrou suit la ligne médiane de cette rivière, à partir de l'intersection de cette ligne avec la ligne des sondages les plus profonds du chenal navigable principal du fleuve Niger, jusqu'à la frontière des Parties avec le Burkina Faso.»

C'est la deuxième fois qu'une Chambre de la Cour était appelée à trancher un différend entre Etats africains porté devant elle par voie de compromis. En 1986, une Chambre de la Cour avait déjà réglé le différend frontalier Burkina Faso/République du Mali, rappelle la CIJ.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.