Liban : l'ONU condamne l'attentat perpétré à Beyrouth

12 juillet 2005

Le Secrétaire général s'est déclaré consterné d'apprendre la nouvelle, encore une fois, d'un attentat à Beyrouth, causant la mort de deux personnes et blessant le vice premier-ministre et ministre de la Défense libanais, Elias Murr.

« Le Secrétaire général a fermement condamné cet attentat terroriste, qui a pour effet de saper le processus d'édification d'un Liban pacifique, indépendant et souverain », indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole.

Dans son message, Kofi Annan a par ailleurs exhorté le Gouvernement libanais à tout faire pour traduire en justice les auteurs de ce crime et des autres attentats visant à déstabiliser la situation.

Depuis l'adoption par le Conseil du Conseil de sécurité de sa résolution 1559, le Liban a connu une série d'attentats visant des figures politiques anti-syriennes, notamment l'ex-Premier ministre Rafic Hariri (voir notre dépêche du 14 février 2005), suivi d'attaques à Beyrouth (voir notre dépêche du 28 mars, le journaliste Samir Kassir (voir notre dépêche du 2 juin 2005) et l'ancien dirigeant du parti communiste George Hawi (voir notre dépêche du 21 juin 2005).

Selon les informations parues dans la presse, Elias Murr est un ferme partisan de la Syrie.

Lors d'un point avec la presse à son arrivée à l'ONU, le Secrétaire général a précisé que tout attentat au Liban était matière à préoccupation, précisant que le chef de l'enquête internationale sur l'assassinat de Rafic Hariri recevait le soutien requis et qu'elle se poursuivait.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.