Kofi Annan salue les engagements pris par le G-8 en faveur de l'Afrique

8 juillet 2005

Le Secrétaire général a félicité aujourd'hui Tony Blair et ses collègues du G-8 pour les engagements qu'ils ont pris aujourd'hui en faveur de l'Afrique à travers notamment la promesse de doubler l'aide au continent de 25 milliards par an d'ici à 2015 et d'effacer totalement la dette extérieure de 18 des pays les plus endettés.

« Les dirigeants ont porté les espoirs des peuples du monde qui voulaient des progrès dans la réduction de la pauvreté en Afrique et aujourd'hui, ils les ont obtenus, à savoir une promesse de doubler l'aide en faveur de l'Afrique de l'ordre de 25 milliards de dollars par an jusqu'en 2010 », indique un message transmis aujourd'hui par le porte-parole du Secrétaire général, dans lequel il rappelle que « l'aide publique au développement, dans son ensemble, doit augmenter de 50 milliards de dollars d'ici là ».

« C'est une très bonne nouvelle. Des progrès attendus ont, de même, été enregistrés sur la dette comme en témoignent l'annulation immédiate de la totalité de la dette des 18 pays les plus endettés et la solution novatrice du Club de Paris en faveur du Nigeria ».

En outre, lors de leur réunion avec le G-8, les leaders africains ont réaffirmé leur engagement en faveur de la bonne gouvernance, de la démocratie et de la lutte contre la corruption. Ils ont aussi réaffirmé la priorité qu'ils accordent à la décision fondamentale de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'égalité entre les sexes, de l'agriculture, des infrastructures et de la communication.

« J'avais espéré que les dirigeants du G-8 s'engageraient sur une date claire et sans équivoque concernant l'arrêt des subventions à l'exportation. Ils auront une autre occasion de le faire en décembre, à la réunion de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) prévue à Hong Kong, a souligné le Secrétaire général.

« Mais pour les peuples et les dirigeants grâce auxquels il a été possible de parvenir aux succès enregistrés aujourd'hui, ceci est un début, pas une fin », a affirmé Kofi Annan.

« Nous sommes parvenus à ce stade par un exercice de volonté politique. Ne la laissons pas fléchir si nous voulons garder le cap de 2015 », a-t-il prévenu, exprimant l'espoir que le « Sommet de Gleneagles restera dans les mémoires comme le commencement de quelque chose d'extraordinaire, peut-être même le début de la fin de la pauvreté généralisée ».

Le communiqué final signé aujourd'hui par les participants au G-8 prévoit par ailleurs expressément de « financer de manière suffisante les besoins urgents de millions d'Africains aux prises avec les crises humanitaires identifiées par l'ONU en Afrique, en particulier les 'crises oubliées', afin qu'un financement d'urgence coordonné soit disponible à temps pour sauver des vies en danger ».

Il prévoit en outre « de soutenir les travaux du Secrétaire général de l'ONU pour renforcer le système international d'action humanitaire ».

Le Secrétaire général a par ailleurs souhaité que les progrès accomplis à Gleaneagles contribuent au succès du Sommet mondial de 2005, qui doit avec lieu en septembre à l'ONU, à New York.

« Entre-temps, il faudra avancer sur tous les sujets, non seulement sur les questions de développement mais aussi sur les droits de l'homme, la sécurité et le renforcement des Nations Unies », a-t-il ajouté – toutes questions qui n'ont pas été abordées à Gleneagles.

« Pourtant, une question relative à la sécurité – le terrorisme – s'est invitée de force au programme du G8, de la manière la plus tragique et la plus terrible qui soit, provoquant une condamnation unie et déterminée ».

« Cela souligne, une fois de plus, l'importance de parvenir, en septembre, à une définition commune du terrorisme, afin que tous les pays puissent être d'accord sur l'objet de leur combat », a appelé le Secrétaire général (voir, sur la position du Secrétaire général, notre dépêche d'hier, in fine).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.