L'ONUSIDA annonce une percée dans la coordination de la riposte mondiale au sida

30 juin 2005

L'agence des Nations Unies contre le sida a approuvé aujourd'hui des recommandations visant à améliorer la collaboration au sein du système des Nations Unies dans les pays en développement. Elle annonçait hier que l'objectif fixé consistant à traiter 3 millions de personnes d'ici fin 2005 ne serait probablement pas atteint.

« Si l'engagement et les ressources en faveur de la lutte contre le sida se sont accrus ces dernières années sur le plan mondial, un grand nombre de pays en développement connaissent de graves difficultés alors qu'ils élargissent rapidement leur prestation de services de traitement et de prévention du VIH aux communautés », constate le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sidaA (ONUSIDA dans un communiqué diffusé aujourd'hui à Genève.

Hier, l'ONUSIDA faisait savoir, dans un communiqué publié à Genève également, que le nombre de personnes recevant un traitement antirétroviral (TARV) contre le VIH/sida dans les pays en développement avait considérablement augmenté puisqu'il a plus que doublé, passant de 400 000 personnes en décembre 2003 à environ un million en juin 2005.

« Toutefois, l'accès au traitement reste loin de répondre à des besoins croissants et les progrès d'ensemble ont peu de chances d'être suffisamment rapides pour que l'objectif fixé par l'OMS et l'ONUSIDA, consistant à traiter 3 millions de personnes d'ici fin 2005, puisse être atteint », annonçait-elle.

« Les efforts de la communauté internationale pour soutenir ces pays ont été ralentis par des processus de planification, de financement, de programmation, de suivi et d'évaluation en compétition et en conflit, souvent imposés par les donateurs et les organisations internationales. Il en est résulté qu'une part importante des ressources disponibles ne sont pas utilisées de manière efficace », indique aujourd'hui l'agence de l'ONU.

« Nous sommes à une étape critique de la riposte au SIDA, où il est vital de 'faire travailler l'argent disponible' pour les pays si nous voulons pouvoir devancer l'épidémie. L'accord sur les recommandations par l'organe directeur de l'ONUSIDA est une avancée majeure et montre que chacun s'engage pleinement à aider les pays à alléger le poids du SIDA, » a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUSIDA Peter Piot.

« Reconnaissant l'urgente nécessité de faire travailler l'argent actuellement disponible pour le SIDA, une 'Cellule mondiale de réflexion' a été créée en mars 2005 pour élaborer des recommandations relatives à la coordination au sein des institutions internationales telles que les Nations Unies, le Fonds mondial et la Banque mondiale pour résoudre les problèmes liés aux doubles emplois et aux lacunes dans la riposte mondiale au SIDA », rappelle le communiqué.

« Le 14 juin 2005, la Cellule mondiale de réflexion a soumis un rapport contenant 10 recommandations pour le changement, audacieuses et tournées vers l'action », ajoute-t-il.

Ses recommandations soulignent que les pays doivent conduire une riposte au sida avec des plans d'action concrets et que les organisations internationales telles que le système des Nations Unies et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme devraient modifier leur manière de travailler pour s'assurer qu'elles opèrent conformément aux plans nationaux et en harmonie entre elles, explique l'ONUSIDA.

Les recommandations préconisent notamment « une coordination plus étroite des Nations Unies sur le SIDA au niveau pays – notamment l'établissement dans les pays d'équipes conjointes des Nations Unies sur le sida ».

Elles préconisent aussi « une mise au point concernant la division du travail entre les institutions multilatérales – indiquant clairement quels sont les organismes qui prennent la direction et dans quels domaines, afin que les pays sachent exactement vers qui se tourner pour obtenir une assistance spécifique au sein du système des Nations Unies ».

Elles préconisent enfin « un financement accru pour le soutien technique – avec l'accroissement des fonds, les demandes de soutien technique au système des Nations Unies augmentent également ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.