Sierra Leone : le Conseil de sécurité proroge pour une période finale de 6 mois le mandat de la MINUSIL

30 juin 2005

Le Conseil de sécurité a décidé de proroger, dans une résolution adoptée aujourd'hui, la Mission des Nations Unies en Sierra Leone pour une période finale de six mois, soit jusqu'au 31 décembre 2005, et prié le gouvernement sierra-léonais de poursuivre son action en vue de mettre en place une force de police, une armée, un système pénitentiaire et un appareil judiciaire indépendant.

Dans la résolution 1610 adoptée aujourd'hui, les membres du Conseil prient le Secrétaire général de « finaliser la planification nécessaire en vue d'une présence intégrée appropriée du système des Nations Unies en Sierra Leone ayant la capacité et la compétence requises pour coordonner les activités des organisations, fonds et programmes des Nations Unies ».

Le Secrétaire général est également prié de formuler aussitôt que possible des recommandations concernant la sécurité du Tribunal spécial pour la Sierra Leone.

Les membres du Conseil rappellent qu'après le retrait de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL), les forces de sécurité sierra-léonaises assumeront la responsabilité entière et effective de la sécurité dans le pays.

Ils prient instamment le gouvernement sierra-léonais de poursuivre son action en vue de mettre en place une force de police, une armée, un système pénitentiaire et un appareil judiciaire indépendant qui soient efficaces, viables et d'un coût abordable.

Ils le prient aussi de continuer à favoriser la bonne gouvernance et de renforcer les mécanismes existants pour venir à bout de la corruption.

Dans son dernier rapport sur la situation au Sierra Leone, le Secrétaire général avait recommandé au Conseil de sécurité de « proroger le mandat de la présence résiduelle de la MINUSIL en Sierra Leone d'une ultime période de six mois allant jusqu'à la fin de 2005 ».

« Le gouvernement devrait exploiter à fond l'occasion qui lui est donnée par cette ultime prorogation de la MINUSIL pour consolider encore le secteur de la sécurité en vue de pouvoir maintenir effectivement l'ordre public sur l'ensemble du territoire à un moment où il a encore la possibilité de recevoir rapidement un appui de la MINUSIL en cas de besoin », avait-il suggéré aux autorités sierra-léonaises.

Dans sa dernière résolution sur la Côte d'Ivoire, le Conseil de sécurité rappelait le rôle que pouvaient jouer les missions des pays frontaliers, à savoir la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL) et la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), pour contribuer à maintenir la paix dans la région (voir notre dépêche du 24 juin 2005).

Il autorisait également le redéploiement temporaire du personnel des forces militaires et de la police civile entre la MINUL, la MINUSIL et l'ONUCI afin de faire face aux défis qui ne peuvent être relevés dans le cadre de l'effectif total autorisé d'une mission donnée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.