Kofi Annan appelle les Etats-Unis à participer à la réforme de l'ONU

Kofi Annan appelle les Etats-Unis à participer à la réforme de l'ONU

media:entermedia_image:3f1525cc-aa56-4588-ae05-7ab38268a755
Alors que sera célébré dimanche prochain le 60ème anniversaire de la Charte de l'ONU signée le 26 juin 1945 à San Francisco, Kofi Annan a appelé les Etats-Unis à participer à la réforme en concertation avec les autres Etats Membres. Il estime que la proposition de la Chambre des représentants américains de couper la contribution américaine au budget de l'ONU serait gravement contreproductive.

« Le projet de loi proposé par le Représentant Henry Hyde, adopté par la Chambre des représentants américains estime que la réforme de l'ONU ne peut être atteinte qu'en la menaçant de coupures unilatérales draconiennes dans la contribution du budget américain. Je pense que cette approche est profondément erronée et que si elle était adoptée par le gouvernement américain, elle aurait des effets gravement contre-productifs », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général, Kofi Annan, dans une tribune parue dans le quotidien américain, « The Wall Street Journal ».

Cette approche briserait « la coalition réformiste qui existe entre les Etats-Unis et les autres Etats Membres, dont la pression collective permettrait autrement la réalisation de ces réformes », a souligné Kofi Annan.

« L'ONU est une association d'Etats souverains, qui conviennent, lorsqu'ils ratifient la Charte, de partager les dépenses de l'Organisation 'telles qu'allouées par l'Assemblée générale' », a souligné le Secrétaire général, qui a précisé que ces charges étaient redéfinies tous les six ans et que chaque année l'Assemblée générale votait une résolution, approuvée sans faillir par les Etats-Unis, « enjoignant tous les membres de payer leurs contributions en totalité, promptement et sans conditions ».

« Les réformes ou les changements, par conséquent, seront obtenus par la négociation avec les autres Etats Membres », a-t-il souligné, rappelant que le récent rapport Gingrich-Mitchell commandité par le Congrès américain estimait que pour réussir, la « diplomatie américaine devait édifier une coalition solide d'Etats clefs de divers groupes et régions » (voir notre dépêche du 15 juin 2005).

« Une telle coalition ne sera pas édifiée par une nation menaçant de couper unilatéralement ses contributions », a affirmé le Secrétaire général. « Heureusement, la proposition du Représentant Hyde n'est pas soutenue par le gouvernement », a-t-il indiqué (voir, sur la position de la représentante des Etats-Unis à l'ONU, notre dépêche du 16 juin 2005).

Kofi Annan a rappelé que l'ONU n'existait pas dans le vide ni pour le simple plaisir d'exister. « C'est un forum qui permet aux peuples du monde de se réunir et de trouver des solutions à des problèmes communs », a-t-il souligné, citant parmi les deux plus pressants la prolifération des groupes terroristes et des armes de destruction massive.

A cet égard, l'échec des négociations sur le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) paraît « incroyablement irresponsable », a-t-il rappelé (voir notre dépêche du 27 mai 2005).

Le Secrétaire général a par ailleurs rappelé que ces menaces, de même que la pauvreté, les maladies et les conflits ne pourraient être vaincues qu'en les combattant tous à la fois.

Or, « aucun pays ne peut raisonnablement s'attendre à obtenir une coopération sur les sujets qui lui tiennent le plus à cœur, s'il n'est pas prêt, en retour, à aider les autres sur leurs propres priorités », a déclaré Kofi Annan, qui a rappelé que le chaos en Haïti avait causé une tentative d'exode massif vers la Floride, et que l'instabilité de l'Afghanistan en avait fait un havre pour les terroristes.

Nous souhaitons tous réformer l'ONU, a-t-il indiqué, rappelant que nombre des propositions formulées dans son rapport intitulé « Dans une liberté plus grande: vers le développement, la sécurité et les droits de l'homme pour tous » étaient reprises dans le rapport Gingrich-Mitchell.

La tribune d'aujourd'hui fait suite à un message publié le 17 juin dernier déplorant la décision de la Chambre des représentants (voir notre dépêche du 17 juin 2005).

L'ONU tiendra lundi 27 juin des cérémonies de célébration du 60ème anniversaire de la Charte des Nations Unies, à New York (voir le communiqué de presse de l'ONU).