Cameroun-Nigeria: l'Envoyé de l'ONU condamne les incidents sur la péninsule de Bakassi

24 juin 2005

Le Président de la Commission Mixte Cameroun-Nigeria sur la péninsule de Bakassi a condamné aujourd'hui les incidents qui auraient fait un mort et un blessé parmi les soldats camerounais, outre des dégâts matériels. Il a aussi demandé une enquête approfondie de la part des autorités du Nigeria.

« J'ai appris par la presse que le Nigeria a entamé une enquête sur les incidents répétés dans la péninsule de Bakassi. Ces incidents, qui, selon les rapports, ont causé la mort d'un soldat camerounais et en ont blessé un autre, sans compter des dommages matériels, sont condamnables », indique le Président de la Commission Mixte Cameroun-Nigeria, Ahmedou Ould-Abdallah, dans un communiqué du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest ( UNOWA selon son acronyme anglais).

« J'espère que le Gouvernement du Nigeria mènera cette enquête promptement et de manière sérieuse et transparente comme l'exige la situation. Si l'enquête confirme les rapports sur ces incidents répétés, j'attends du Nigeria qu'il prenne immédiatement les mesures appropriées à l'encontre de tous les acteurs impliqués. Leurs commanditaires ne devraient pas être épargnés », indique Ahmedou Ould-Abdallah, qui occupe également le poste de Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest.

« Je demande un retour immédiat au calme. Ces incidents ont lieu à un moment où les équipes techniques des deux pays et des Nations Unies ont accompli avec succès les premières étapes de la démarcation sur le terrain. Ils surviennent également au lendemain du sommet tripartite de Genève le mois dernier où les deux Chefs d'Etat et le Secrétaire général de l'ONU ont travaillé à la mise en oeuvre pacifique et amicale de la décision de la Cour Internationale de Justice sur la Péninsule de Bakassi et la frontière maritime (voir notre dépêche du 16 mai 2005).

« Je voudrais saisir cette occasion pour féliciter les Présidents Paul Biya et Olusegun Obasanjo pour la manière apte et sage avec laquelle ils ont géré cet incident jusqu'à présent », indique le Président de la Commission Mixte, qui précise qu'il se rendra lui-même « dans les capitales des deux pays cette fin de semaine afin de recueillir davantage d'information des deux Gouvernements et des représentants de la Communauté internationale sur cette question ».

La Commission Mixte est un mécanisme mis en place par le Secrétaire général des Nations Unies le 15 novembre 2002 à la demande du Président Olusegun Obasanjo du Nigeria et du Président Paul Biya du Cameroun pour faciliter la mise en oeuvre pacifique de l'arrêt de la Cour Internationale de Justice relatif au différent frontalier entre le Cameroun et le Nigeria.

En 1994, le Cameroun avait demandé à la CIJ de régler le différend frontalier qui l'opposait au Nigeria, en particulier la question de la souveraineté sur la péninsule de Bakassi et sur les îles du lac Tchad, et de préciser le tracé de la frontière terrestre et maritime entre les deux pays.

Après huit ans de procédure, la Cour avait rendu son jugement, le 10 octobre 2002, décidant que la péninsule de Bakassi et la région contestée du lac Tchad relevaient de la souveraineté du Cameroun.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.