A Paris, Kofi Annan exhorte le monde des affaires à s'engager dans la lutte contre la pauvreté

14 juin 2005

A l'occasion d'une manifestation organisée à Paris par le président Chirac pour promouvoir le Pacte mondial, le Secrétaire général a exhorté les chefs d'entreprises à s'engager, au même titre que les gouvernements, dans la lutte contre la pauvreté et dans la course contre la montre pour atteindre les Objectifs du Millénaire d'ici à 2015, rappelant que « loin d'être utopiques, ces objectifs étaient réalisables ».

AA l'occasion d'une manifestation organisée à Paris par le président Chirac pour promouvoir le Pacte mondial, le Secrétaire général a exhorté les chefs d'entreprises à s'engager, au même titre que les gouvernements, dans la lutte contre la pauvreté et dans la course contre la montre pour atteindre les Objectifs du Millénaire d'ici à 2015, rappelant que « loin d'être utopiques, ces objectifs étaient réalisables ».

« Si les objectifs sont atteints d'ici à 2015, 500 millions de personnes seront arrachés à la pauvreté extrême, plus de 300 millions de personnes ne seront plus victimes de la faim, 30 millions d'enfants seront sauvés de maladies que l'on peut prévenir », a déclaré aujourd'hui à Paris Kofi Annan, Secrétaire général, lors d'un discours prononcé devant un parterre de près de 200 chefs d'entreprises réunis pour une conférence sur « la contribution du monde des affaires aux Objectifs du Millénaire pour le développement », organisée par le président de la France, dans le cadre de l'Initiative relative au Pacte mondial.

« 115 millions d'enfants pourront prendre le chemin de l'école plutôt que d'aller travailler dans les usines ou les champs, 2 millions de femmes ne périront pas en donnant naissance à leurs enfants, le sida ne sera plus une maladie qui continue de se répandre mais une épidémie contenue », a poursuivi Kofi Annan.

« Loin d'être utopiques, ces objectifs sont réalisables », a-t-il rappelé. « Ce qui est utopique, c'est de penser que la pauvreté peut être surmontée sans un engagement de la part du monde des affaires ».

« Atteindre les objectifs du Millénaire est, selon le Secrétaire général, principalement de la responsabilité des gouvernements. Mais le monde des affaires a aussi un rôle central à jouer ».

« Cette idée que le monde des affaires peut faire pour les autres est au cœur de l'Initiative relative au Pacte Mondial que j'ai lancé il y a six ans », a rappelé Kofi Annan.

« Ce qui a commencé avec un simple appel à l'action est aujourd'hui un partenariat dans lequel quelques 2 000 entreprises, venant de plus de 80 pays, travaillent ensemble pour faire avancer dix principes universels dans le domaine des droits de l'homme, du droit du travail, de l'environnement et du combat contre la corruption ».

Les dix principes du Pacte mondial sont les suivants : 1. Les entreprises doivent promouvoir et respecter les droits de l'homme reconnus sur le plan international. 2. Elles ne doivent pas se faire complices de violations des droits fondamentaux. 3. Elles devraient respecter l'exercice de la liberté d'association et reconnaître le droit à la négociation collective. 4. Élimination de toutes les formes de travail forcé et obligatoire. 5. Abolition effective du travail des enfants. 6. Élimination de la discrimination en matière d'emploi et d'exercice d'une profession. 7. Promouvoir une approche prudente des grands problèmes touchant l'environnement. 8. Prendre des initiatives en faveur de pratiques environnementales plus responsables. 9. Encourager la mise au point et la diffusion de technologies respectueuses de l'environnement. 10. Les entreprises sont invitées à agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l'extorsion de fonds et les pots-de-vin.

L'Initiative relative au Pacte mondial avait été lancée par le Secrétaire général le 26 juillet 2000, au siège de l'ONU à New York, pour encourager le monde des affaires à s'engager dans la défense des droits de l'homme, du droit du travail et du droit social ainsi que dans la protection de l'environnement et dans la lutte conte la corruption (voir notre dépêche du 10 juin 2005).

Le rapport des Nations Unies sur la mise en oeuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement, publié le 9 juin dernier, avait noté des progrès sans précédent dans la lutte contre la pauvreté au niveau mondial, notamment en Asie, mais avait attiré l'attention sur des retards inacceptables qui persistent, notamment en Afrique subsaharienne.

Chaque jour, près de 30 000 enfants dans le monde meurent de maladies - soit 11 millions par an – avait notamment dénoncé le rapport (voir notre dépêche du 9 juin 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.