Liban : un juge allemand nommé à la tête de la Commission d'enquête internationale sur l'assassinat de Rafic Hariri

13 mai 2005

Le Secrétaire général a choisi le magistrat allemand Detlev Mehlis, spécialiste du terrorisme, pour mener la Commission d'enquête internationale sur l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, créée par le Conseil de sécurité pour « assister les autorités libanaises ». Sur la question de la vérification du retrait des troupes syriennes, le rapport de l'équipe dépêchée sur le terrain est attendu pour le début de la semaine prochaine.

Le Secrétaire général a informé aujourd'hui le Président du Conseil de sécurité de son intention de nommer Detlev Mehlis de l'Allemagne à la tête de la Commission internationale indépendante des Nations Unies chargée d'enquêter sur l'assassinat de l'ancien Premier Ministre libanais, Rafic Hariri, indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole.

L'ancien Premier Ministre et parlementaire libanais Rafic Hariri est mort à Beyrouth, le 14 février dernier, dans un attentat terroriste à la bombe sur le passage de son convoi officiel, qui a blessé grièvement des dizaines de personnes et coûté notamment la vie à l'ancien ministre Basil Fleihan (voir notre dépêche du 15 février 2005).

« Actuellement premier substitut du procureur au Bureau du Procureur général à Berlin, Detlev Mehlis a 25 ans d'expérience dans ce domaine et a mené plusieurs enquêtes sur des crimes transnationaux graves et complexes ».

Premier substitut du procureur depuis 1992, M. Mehlis a, au cours de sa carrière, été responsable d'enquêtes sur des cas de terrorisme et de criminalité organisée. Il est depuis 1998, chef du Bureau de contact du Réseau judiciaire européen et Coordonnateur de la lutte contre la criminalité organisée dans l'État de Berlin.

M. Mehlis se rendra à Beyrouth aussitôt que possible pour commencer l'enquête de la Commission.

Ainsi que le lui avait recommandé une première commission d'établissement des faits mise en place par le Secrétaire général, le Conseil de sécurité avait décidé, par sa résolution 1595 (2005) et afin « d'aider les autorités libanaises », de créer une Commission d'enquête internationale sur l'attentat à la bombe qui a coûté la vie à l'ex-Premier ministre libanais, Rafic Hariri, le 14 février dernier à Beyrouth, (voir notre dépêche du 7 avril 2005).

Le Conseil de sécurité s'était déclaré préoccupé par le fait que « l'enquête menée par les autorités libanaises ne pourrait produire, faute de moyens et de la volonté d'aboutir, de conclusions crédibles sur l'attentat ».

Par ailleurs, le Secrétaire général a confirmé aujourd'hui que l'équipe chargée de la vérification du retrait des troupes syriennes du Liban, en application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité était maintenant en route pour New York où elle analysera les données recueillies sur le terrain.

« L'équipe a achevé ses travaux au Liban. Elle est de retour vers New York où elle finalisera son rapport et me le remettra », à priori au début de la semaine prochaine, a déclaré ce matin Kofi Annan, lors d'un point avec la presse (en anglais) au Siège de l'ONU, à New York.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.