Le HCR enregistre plus de 26 000 réfugiés togolais au Bénin et au Ghana

13 mai 2005

Le nombre de Togolais qui ont fui le Togo depuis l'annonce du résultat des élections le 26 avril dernier, pour se réfugier au Bénin et au Ghana, pays voisins, s'élève maintenant à 26.084, selon l'agence des Nations Unies pour les réfugiés qui indique que si le flux a ralenti, des réfugiés continuent de traverser aux points de passage non gardés.

« Le flux de réfugiés du Togo vers les pays voisins Bénin et Ghana a ralenti aux points de frontière officielle mais des groupes de réfugiés ayant traversé la frontière à des points de passage non gardés ont été récemment localisés dans les deux pays, portan le total de réfugiés à 26 084, a indiqué aujourd'hui le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Ron Redmond, lors d'un point de presse à Genève.

« Au Ghana, les arrivées quotidiennes au point de frontière officiel d'Aflao, situé tout près de la capitale togolaise, Lomé, se comptent sur les doigts de la main puisque seulement trois personnes s'y sont présentées jeudi. Pourtant, a expliqué Ron Redmond, une mission d'évaluation a localisé des arrivées additionnelles, quelques-unes dans des régions très éloignées et difficiles d'accès le long de la frontière ».

Le nombre de réfugiés au Ghana pourrait s'élever à 12 800, selon le porte-parole.

« Alors que la plupart des réfugiés au Ghana ont trouvé un abri grâce à des familles généreuses et des amis, leurs ressources commencent à diminuer et nous devons d'urgence distribuer de la nourriture et fournir une assistance non alimentaire telle que des nattes, des jerrycans, des moustiquaires, du savon », a indiqué Ron Redmond.

« Une mission d'évaluation conjointe en besoins alimentaires entre les différentes agences des Nations Unies se met en place le long des 200 km de frontière Est avec le Togo depuis la zone sud de Jasikan / Kadjebi vers Aflao. Les résultats de cette mission sont attendus pour la fin de la semaine prochaine ».

Au Bénin, 15 218 réfugiés ont été maintenant enregistrés avec un rythme soutenu d'arrivées qui se situe entre 140 et 150 arrivées par jour. Ces réfugiés sont enregistrés au point de frontière officiel de Hilakondji », a affirmé le porte-parole.

« C'est, de loin, nettement moins que le pic d'afflux massif de plus de 1000 arrivées quotidiennes. Alors que la plupart des réfugiés continuent d'arriver à Hilakondji, plusieurs centaines de réfugiés ont été localisés dans des camps au centre du Bénin, dans les Collines, dans les régions de Otola et Djidja à près de 230 km au nord de la capitale Cotonou », a-t-il expliqué.

« Près de 59 % de la population réfugiée au Bénin sont hébergés par des membres de leurs familles ou des amis et 41 % vit dans les deux camps de Lokossa et Comé. Il n'y a plus de réfugiés restant au centre de transit de Hilakondji basé dans des églises. Les installations sanitaires dans les deux camps ont été améliorées avec la construction de latrines supplémentaires et de douches ».

Après l'annonce de la victoire de Faure Gnassingbé, le mardi 26 avril dernier, des milliers de Togolais, inquiets de la détérioration de la situation dans leur pays, ont franchi les frontières vers le Bénin et le Ghana voisins pour se mettre à l'abri.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.