Le sort des enfants dans le Nord de l'Ouganda, une tragédie qui reste méconnue

6 mai 2005

Bien que la situation en Ouganda ait reçu une attention croissante au niveau international l'année dernière, la tragédie des enfants et des civils pris dans le conflit au Nord du pays reste une des priorités que le département de l'information de l'ONU a souhaité mettre en avant dans ses «Dix sujets dont le monde n'entend pas assez parler».

« Les responsables humanitaires de l'ONU ont constamment exprimé leurs préoccupation quant à la crise humanitaire négligée dans le Nord de l'Ouganda, où près de 1,6 million de personnes ont été déplacées par le conflit avec le groupement rebelle de l'Armée de la résistance du Seigneur (LRA selon son acronyme anglais) », indique le département de l'information de l'ONU (DPI) dans un communiqué qui attire l'attention sur sa liste 2005 des « Dix sujets dont le monde n'entend pas assez parler » dans les médias internationaux (voir notre dépêche du 3 mai 2005).

Les agissements de la LRA, dirigée par son chef mystique Joseph Kony, qui prétend faire appliquer les dix commandements, a fait depuis 1987 près de 100.000 morts, causé le déplacement de près de 2 millions de personnes qui vivent dans des camps aux conditions sanitaires déplorables et enlevé près de 25 000 enfants, transformés en machines à tuer et en esclaves sexuels. La LRA est tristement célèbre pour ses campagnes de pillage, de massacres, de mutilations et d'enlèvement d'enfants.

« Le nombre de personnes déplacées dans cette région est proche de celui du Darfour, dans l'Ouest du Soudan, mais la tragédie des enfants ougandais est particulièrement troublante », indique le communiqué.

« Il est effarant de constater le peu d'attention qu'a reçu cette situation au niveau international, de même que la difficulté à financer le travail des enfants, la réintégration des enfants qui ont réussi à s'échapper, ainsi que pour apporter une véritable réponse à la crise dans le nord du pays », a déclaré Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU (cf. le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA).

La situation dans le pays a suscité une enquête de la Cour pénale internationale (CPI), menée à l'heure actuelle par son Procureur général, Luis Moreno-Ocampo (voir notre dépêche du 18 mars 2005. Celle-ci s'avère délicate en raison des efforts de « réconciliation nationale » et des efforts menés par le Gouvernement ougandais pour améliorer le sort des populations du nord du pays.

L'Ouganda figure également dans la liste des pays dans lesquels sont constatées de graves violations des droits de l'enfant, consignée dans un rapport établi par Olara Otunnu, Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, aux côtés du Burundi, de la Côte d'ivoire, de la République démocratique du Congo, de la Somalie, du Soudan, de la Colombie, du Myanmar, du Népal, des Philippines et du Sri Lanka (voir la page du site de l'ONU consacrée aux Enfants dans les conflits armés et voir notre dépêche du 16 février 2005 sur le rapport).

- http://www.un.org/french/events/tenstories/

Voir notre dépêche du 5 mai 2005 sur la fistule, et celle du 4 mai sur la Somalie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.