Journée de la sécurité et de la santé au travail : l'ONU lance un appel pour le développement d'une culture de la prévention

28 avril 2005

A l'occasion de la Journée internationale de la sécurité et de la santé au travail, les agences de l'ONU pour la santé et le travail lancent un appel conjoint pour le développement d'une culture de la prévention. Elles rappellent que les accidents du travail et les maladies liées à l'activité professionnelle, qui sont en augmentation du fait de la rapide industrialisation de certains pays développés, tuent chaque année deux millions de personnes.

« Face à l'augmentation du nombre des accidents et des maladies, ainsi que des décès liés au travail, le Bureau international du Travail (BIT) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont décidé de marquer la Journée internationale de la sécurité et de la santé au travail par un appel conjoint pour le développement d'une culture de la sécurité préventive », indique un communiqué conjoint publié aujourd'hui à Genève.

D'après une nouvelle estimation du BIT, les accidents du travail et les maladies liées à l'activité professionnelle, qui sont en augmentation du fait de la rapide industrialisation de certains pays développés, tuent chaque année deux millions de personnes – les maladies liées aux activités professionnelles tuent chaque année 1,7 million de personnes.

« La répartition par région montre que le nombre des accidents du travail a fini par diminuer dans beaucoup de pays industrialisés et de pays nouvellement industrialisés, contrairement à certains pays d'Asie et d'Amérique latine qui connaissent un développement rapide et où ces accidents sont en progression », indique le communiqué.

Le nombre d'accidents du travail qui sont mortels et celui des accidents du travail qui ne sont pas mortels a stagné, voir diminué, dans la plupart des régions.

A l'inverse, en Chine, le nombre des accidents mortels aurait fortement augmenté, passant de 73 000 à 90 500 entre 1998 et 2001, et celui des accidents causant au moins trois journées d'absence du travail serait passé de 56 millions à 69 millions.

En Amérique latine, l'augmentation des effectifs du secteur du bâtiment et le développement de ce secteur, et plus particulièrement au Brésil et au Mexique, auraient déclenché une forte progression des accidents mortels, qui serait passé de 29 500 à 39 500 au cours de cette même période.

« Le problème est que, dans les pays nouvellement industrialisés, la plupart des travailleurs viennent des régions rurales, qu'ils sont peu qualifiés et qu'ils ignorent pratiquement tout de la sécurité au travail. Ils n'ont pour la plupart jamais travaillé sur des grosses machines et certains ne savent rien, ou à peine, des risques du travail industriel. De sorte qu'ils n'ont absolument pas conscience du danger qu'ils courent », explique Jukka Takala, directeur du programme « Safework » au BIT.

« Il est vrai que, une fois atteint un certain degré de développement, les métiers du bâtiment finissent par céder le terrain à des métiers moins dangereux, ceux du secteur des services, faisant ainsi baisser le taux de fréquence des accidents. C'est ce à quoi nous assistons aujourd'hui dans un pays comme la République de Corée », ajoute Jukka Takala.

Selon l'OIT, rien que dans le secteur du bâtiment, plus de 60 000 accidents du travail mortels se produisent chaque année dans le monde, soit un décès toutes les six minutes.

Parallèlement, dans le secteur agricole, qui emploie à lui seul la moitié de la main-d'œuvre mondiale, et qui est le principal secteur d'activité économique de la plupart des pays sous-développés, on enregistrerait près de 70 000 décès par an pour cause d'empoisonnement dû à l'usage de pesticides.

Par ailleurs, ajoute le communiqué, il se produit chaque année près de 268 millions d'accidents du travail non mortels qui sont suivis d'au moins trois jours consécutifs de congé.

« Cancers provoqués par une exposition à des substances dangereuses, affections musculo-squelettiques, maladies respiratoires, perte de l'audition, maladies circulatoires, maladies contagieuses causées par une exposition à des agents pathogènes », sont les maladies liée à l'activité professionnelle les plus courantes.

Plus d'informations sur la médecine du travail sur le site de l'OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.