FAO : foyer de grippe aviaire maîtrisé en Corée du Nord

25 avril 2005
Grippe aviaire

La récente épidémie de grippe aviaire qui s'est déclenchée en Corée du Nord a été maîtrisée avec succès, selon l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui exhorte le pays à poursuivre la surveillance dans les fermes touchées et dans le reste du pays afin de garantir qu'il ne reste aucune trace de l'infection.

La récente épidémie de grippe aviaire qui s'est déclenchée en Corée du Nord (RDPC) a été maîtrisée avec succès, a déclaré l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un communiqué publié aujourd'hui à Rome.

« Une souche H7 du virus de l'influenza aviaire a été décelée récemment, dans trois exploitations avicoles, près de la capitale, Pyongyang. Bien qu'elle ait été à l'origine de graves maladies chez les poulets, elle n'est pas directement liée au virus H5N1 qui circule dans d'autres régions d'Asie », rappelle le communiqué.

« Le virus semble avoir été éliminé des trois fermes infectées grâce à trois types de mesures : l'abattage d'environ 218 000 poulets contaminés, la vaccination d'oiseaux non infectés dans les poulaillers épargnés par le virus et des mesures de biosécurité rigoureuses », a expliqué Les Sims, le consultant de la FAO qui s'est rendu dans la capitale pour conseiller les autorités vétérinaires nord-coréennes en matière de lutte contre la grippe aviaire.

Les Sims indique que la Corée du Nord a réagi comme il le fallait. « Le Gouvernement a fourni toutes les informations essentielles et fait une déclaration officielle auprès de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) dans les meilleurs délais ».

De son côté, explique le communiqué, la FAO avait détaché trois experts dans le pays pour aider les autorités nationales dans les opérations de diagnostic et de gestion de la maladie, par le biais du Réseau régional d'Asie de l'Est sur la grippe aviaire qu'elle a mis en place.

La FAO a invité la Corée du Nord à poursuivre la surveillance dans tout le pays. « Les réactifs et outils de laboratoire fournis par la FAO aideront à rester vigilants, mais le renforcement des capacités de diagnostic et de surveillance vétérinaires sont considérés comme prioritaires pour mener cette tâche à bien », a déclaré Joseph Domenech, Chef du Service de la santé animale de la FAO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.