HCR : appel à accroître le soutien financier à l'assistance humanitaire au Darfour

21 avril 2005

Au troisième jour de sa visite au Soudan, la Haut Commissaire de l'agence de l'ONU pour les réfugiés a appelé les pays donateurs à accroître leur contribution financière pour l'assistance humanitaire dans la région du Darfour et appelé la communauté internationale à augmenter les effectifs des troupes de l'Union africaine présentes sur le terrain afin de protéger les populations terrifiées à l'idée de rentrer vivre dans leurs villages.

Au troisième jour de sa visite au Soudan, Wendy Chamberlin, Haut Commissaire par intérim, a appelé la communauté internationale à augmenter sa contribution financière pour l'assistance humanitaire dans la région du Darfour, indique un communiqué du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), diffusé aujourd'hui à El Geneina, au Darfour.

« Ces gens ont un besoin urgent, vraiment urgent, de l'assistance fournie habituellement par le HCR », a déclaré Wendy Chamberlin. « Les agences des Nations Unies n'ont simplement pas les fonds nécessaires pour leur fournir l'aide dont ils ont désespérément besoin pour survivre. »

Wendy Chamberlin a rendu visite à un groupe de femmes - principalement des veuves avec des petits enfants – qu'une équipe du HCR avait découvert dans un « wadi », un lit d'une rivière asséchée, sous des arbres, indique le communiqué.

L'une d'entre elles, Zaïna Abakar, une veuve de 35 ans avec trois enfants, a raconté au HCR qu'elle devait manger des graines trouvées sur le sol, graines si dures qu'elles doivent bouillir pendant trois jours.

Après quatre mois d'exil au Tchad, Zaïna Abakar désire rentrer au Darfour et vivre à nouveau dans son village natal, bombardé et détruit l'année dernière par les forces gouvernementales. « C'est notre terre, c'est notre pays », a-t-elle dit, suppliant les Nations Unies d'apporter de la nourriture, de l'eau et surtout de la sécurité.

Des équipes du HCR se déploient dans la campagne et le désert soudanais, à la recherche de personnes déplacées et de rapatriés, qui bien que rentrés dans leur pays n'osent pas regagner leurs villages détruits, explique le communiqué.

Deux ans de conflit dans le Darfour et les attaques des milices Janjaouites ont déraciné 2 millions de personnes (1,8 million au Darfour et 200 000 au Tchad voisin), rappelle le communiqué.

Restant prudente sur la perspective d'une conclusion rapide de la crise du Darfour qui dure déjà depuis plus de deux ans, la Haut Commissaire a exhorté les donateurs à ne pas oublier le Darfour.

« L'agence des Nations Unies pour les réfugiés et d'autres organisations humanitaires sont ici pour longtemps », a rappelé Wendy Chamberlin. « Les gens que nous avons vus sont terrifiés à l'idée de rentrer dans leurs villages. Leurs visages exprimaient encore une grande frayeur après les événements qu'ils ont vécus. Il est manifeste qu'ils désirent et ont besoin d'une protection accrue de la part des troupes de l'Union africaine, des Nations Unies et, en particulier, de la protection que l'agence des Nations Unies pour les réfugiés est la plus apte à fournir ».

Dans un communiqué publié hier, le HCR avait rendu compte de témoignages de femmes du Darfour recueillis dans des camps de personnes déplacées. Des femmes terrifiées à l'idée de rentrer dans leurs communautés qui ont dénoncé la cruauté des milices Janjaouites qui tuent les maris, violent les femmes et volent les biens (voir notre dépêche du 19 avril 2005).

Dans une tribune au quotidien « The New York Times », le Secrétaire général avait exhorté, lundi 14 avril, les donateurs à convertir leurs promesses de dons pour le Sud Soudan en argent liquide au plus vite et à renforcer les troupes de l'Union Africaine en mission au Darfour pour que les scénarios du Rwanda et de la Bosnie ne se répètent pas une fois de plus (voir notre dépêche du 14 avril 2005).

- Dossier Soudan du site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.