Côte d'Ivoire : la Mission de l'ONU encouragée par un début de mise en œuvre de l'Accord de Pretoria

20 avril 2005

A la veille d'un retrait annoncé des troupes de l'armée nationale ivoirienne (FANCI) et des forces rebelles (Forces nouvelles) de la ligne de front, l'Envoyé de l'ONU pour la Côte d'Ivoire a exhorté les représentants des principaux partis politiques à « assurer une mise en oeuvre totale et inconditionnelle de l'Accord de Pretoria ».

« Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d'ivoire, Pierre Schori, a réaffirmé aujourd'hui sa détermination à poursuivre la coopération entre la mission qu'il dirige et les partis politiques ivoiriens », indique un communiqué de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire ( ONUCI ) publié à Abidjan.

Pierre Schori a fait cette déclaration à l'issue d'entretiens séparés avec des représentants du rassemblement de partis politiques ivoiriens connu sous la dénomination de « G7 » et du Front Populaire Ivoirien (FPI).

L'ONUCI précise que la délégation du « G7 », conduite par le Professeur Djédjé Mady, Président du Directoire, comportait 14 membres représentant le Parti démocratique ivoirien (PDCI), le Rassemblement des Républicains (RDR), l'Union Démocratique du Peuple de Côte d'Ivoire (UDPCI) et le Mouvement des Forces de l'Avenir (MFA). Le FPI avait à sa tête son Président, Pascal Afi Nguessan.

« Le Représentant spécial a rappelé à ses interlocuteurs que le rôle de l'ONUCI était d'accompagner le processus de paix en toute impartialité et en toute intégrité », exhortant toutes les parties à jouer leur rôle pour assurer une mise en oeuvre totale et inconditionnelle de l'Accord de Pretoria, indique le communiqué.

Les deux délégations ont souhaité la bienvenue à M. Schori et réitéré leur engagement à coopérer avec lui pour faire de sa mission un succès, indique l'ONUCI, qui précise que « les échanges ont porté essentiellement sur le suivi de l'Accord de Pretoria et sur l'engagement de toutes les parties en faveur du processus de paix ».

Pierre Schori, arrivé le 11 avril 2005 à Abidjan pour prendre fonction à la tête de l'ONUCI, a rencontré le Président Laurent Gabgbo, le Premier ministre Seydou Diarra, le Ministre des Affaires Etrangères, Mamadou Bamba. Il s'est également rendu à Monrovia à l'invitation de son homologue de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL).

Par ailleurs, toujours selon l'ONUCI, « les troupes gouvernementales des Forces de défense et de sécurité de Côte d'Ivoire et les forces armées du principal groupe rebelle, les forces armées des Forces Nouvelles, commenceront à retirer leurs armements lourds de la ligne de front à partir de demain », a informé le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Ce mouvement, qui doit se poursuivre jusqu'au 24 avril, a été salué par l'ONUCI comme un « signal fort de la part des deux parties qu'elles suivent de près la résolution du Conseil de sécurité et l'Accord de Pretoria » négocié grâce aux bons offices du Président sud-africain, Thabo Mbeki (voir notre dépêche du 6 avril 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.