UNICEF : des millions de filles encore à l'écart des progrès de la scolarisation

18 avril 2005

Un rapport de l'agence de l'ONU pour l'enfance salue la croissance de la fréquentation scolaire au niveau mondial qui atteint 82% mais souligne des disparités entre les régions dans la réalisation des objectifs du Millénaire qui visent à assurer la parité entre les sexes et à garantir que tous les enfants aillent à l'école primaire, d'ici à 2015. Parmi les mesures les plus importantes, elle préconise l'abolition des frais de scolarité pour tous.

« L'éducation des filles gagne du terrain dans le monde entier, mais pas assez rapidement et pas assez systématiquement pour garantir une éducation de base à des millions de filles qui ne sont toujours pas scolarisées », indique un rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) intitulé « Progrès pour les enfants, un bilan de l'enseignement primaire et de la parité des sexes 2005 ».

Ce rapport s'inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du deuxième Objectif du Millénaire pour le développement qui consiste à parvenir à l'éducation primaire pour tous, à savoir faire en sorte que, d'ici à 2015, tous les enfants achèvent un cycle complet d'études primaires. Le troisième objectif, pour sa part intitulé promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, prévoit l'élimination des disparités entre les sexes dans l'enseignement primaire et secondaire, si possible d'ici à 2005, et à tous les niveaux d'ici à 2015.

D'après les estimations et projections de l'UNICEF, trois régions - le Moyen-Orient/Afrique du Nord, l'Asie du Sud et l'Afrique de l'Ouest et centrale - n'atteindront pas d'ici à 2005 l'objectif de la parité des sexes dans l'enseignement primaire.

« Et si 125 pays sont sur la bonne voie, avec autant de filles que de garçons dans les écoles, certains de ces pays ont des taux globaux de scolarisation si bas que la parité des sexes ne peut être considérée que comme un hasard statistique ».

Cependant, des progrès réguliers sont réalisés à l'échelle mondiale en matière d'inscription/de fréquentation scolaire, indique le rapport de l'agence de l'ONU.

« D'après des études menées par l'UNICEF et l'Institut de statistiques de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture ( UNESCO ), en 2001, le taux net d'inscription/de fréquentation scolaire dans l'enseignement primaire (TNI/F) était de 82 % à l'échelle mondiale, ce qui veut dire que 115 millions d'enfants en âge d'être scolarisés n'allaient pas à l'école primaire.

En outre, d'après les projections de l'UNICEF, le pourcentage d'enfants en âge d'aller à l'école qui sont effectivement scolarisés atteindra 86 % en 2005.

Cette progression est remarquable, estime l'agence de l'ONU, pour qui « cela signifie que si la population mondiale en âge d'aller à l'école reste constante ou diminue entre 2000 et 2005, conformément aux projections de l'ONU, on peut raisonnablement affirmer que le nombre d'enfants n'allant pas à l'école primaire passerait peut-être maintenant pour la première fois en dessous de 100 millions depuis qu'on a commencé à recueillir ces données ».

Mais cette progression ne suffira pas à garantir que tous les enfants bénéficient d'un cycle complet d'éducation primaire d'ici à 2015 », indique l'UNICEF, qui engage à « progresser plus rapidement » et à « maintenir à l'échelle mondiale un taux d'accroissement annuel moyen de 1,3 % pendant les dix prochaines années ».

Les régions qui sont actuellement les plus éloignées de cet objectif - Afrique de l'Ouest et centrale, Afrique de l'Est et australe et Asie du Sud - devront de toute évidence enregistrer des taux d'accroissement beaucoup plus élevés, précise le rapport de l'ONU.

Les politiques et les stratégies mondiales pour l'avenir doivent aider ces pays à parvenir à une croissance exponentielle de leurs taux d'accroissement, de façon à ce que leurs taux d'inscription scolaire fassent des « pas de géant », souligne l'UNICEF.

Si l'agence estime qu'un supplément de 5,6 milliards de dollars par an serait nécessaire pour la réalisation de l'enseignement primaire pour tous d'ici à 2015, elle souligne qu'il s'agit avant tout d'établir des priorités, au premier rang desquelles figure “l'abolition des frais de scolarité et des frais apparentés”.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.