Présentant son Rapport, Kofi Annan espère des décisions au Sommet d'évaluation du Millénaire

21 mars 2005

Le Secrétaire général a présenté aujourd'hui devant l'Assemblée générale son Rapport sur la réforme de l'ONU et les mesures que devraient prendre les Etats Membres afin de rendre les Nations Unies capables d'assurer le développement durable, la défense des droits de l'homme et la sécurité collective, espérant que les leaders mondiaux seraient prêts à prendre des décisions au Sommet d'évaluation de la Déclaration du Millénaire de septembre prochain.

« Le principal message de ce rapport est que les objectifs de la Déclaration du Millénaire peuvent être atteints, mais seulement si vous, Etats Membres, êtes disposés à adopter un ensemble de mesures spécifiques et concrètes, cette année même », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, lors d'une allocution devant l'Assemblée générale.

L'organe délibératif de l'ONU était réuni pour prendre connaissance de son Rapport intitulé « Dans une liberté plus grande: vers le développement, la sécurité et les droits de l'homme pour tous », que l'Assemblée lui avait demandé de préparer dans la perspective du Sommet qui doit avoir lieu en septembre à New York pour assurer le suivi de la mise en oeuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés en 2000.

« Certaines de ces décisions sont si importantes qu'elles doivent être prise au niveau des Chefs d'Etat et de Gouvernement. Il est donc heureux que vous ayez convenu de vous réunir en septembre » a affirmé Kofi Annan, précisant qu'il « remettait son rapport six mois à l'avance » dans l'espoir que « les leaders mondiaux soient prêts à prendre les décisions nécessaires lorsqu'ils viendront en septembre ».

« J'espère également qu'il les adopteront comme un tout », a souligné le Secrétaire général, qui a prévenu contre la « tentation de traiter la liste comme un menu à la carte et de ne choisir que ce qui leur plaît particulièrement ».

« Dans cette hypothèse, cette approche ne fonctionnera pas », a-t-il souligné, « rappelant qu'il s'agissait s'une stratégie d'ensemble » qui donne « une attention et un poids aux trois grands objectifs de cette Organisation : développement, sécurité et droits de l'homme, qui doivent tous être assis sur l'Etat de droit ».

« Je n'ai pas besoin de vous rappeler que cette Organisation comporte 191 Etats Membres », a souligné le Secrétaire général, qui a rappelé à l'Assemblée générale que « si vous avez besoin de l'aide des autres Etats pour réaliser vos objectifs, vous devez être prêts à les aider à réaliser leurs propres objectifs ».

« La cause de la liberté au sens large ne peut être défendue que si les nations oeuvrent de concert, et l'Organisation des Nations Unies ne peut apporter son aide que si elle est remodelée afin d'en faire un instrument efficace d'action commune », a-t-il expliqué.

Sur le fond, le Secrétaire général a rappelé les grandes lignes du Rapport (voir, sur les mesures exposées lors du lancement du rapport, dimanche 20 mars, notre dépêche sur le Rapport et sur la conférence de presse), soulignant que le temps de la rhétorique était terminé, et qu'il fallait maintenant passer à l'action.

A l'issue de son allocution, le Président de l'Assemblée générale, Jean Ping, a précisé que l'Assemblée commencerait des consultations pour examiner les propositions formulées au mois d'avril.

L'exposé du Secrétaire général devant l'Assemblée a été suivi d'une conférence de presse au Siège de l'ONU, à New York.

image• Retransmission de la présentation devant l'Assemblée générale[27mins]

- Site consacré au Rapport du Secrétaire général : « Dans une liberté plus grande: vers le développement, la sécurité et les droits de l'homme pour tous », sur le site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.