L'émissaire du Secrétaire général bientôt au Liban et en Syrie

3 mars 2005

Le Secrétaire général a réitéré son appel à la Syrie pour qu'elle retire ses troupes du Liban d'ici à la fin du mois d'avril, date à laquelle il doit remettre son rapport au Conseil de sécurité, et annoncé par ailleurs qu'il allait envoyer prochainement dans la région son Représentant spécial pour la mise en oeuvre de la résolution 1559 du Conseil sur le retrait de troupes étrangères du Liban.

Lors d'un point avec la presse à son arrivée au Siège de l'ONU à New York, le Secrétaire général a annoncé aujourd'hui qu'il allait envoyer à nouveau, au Liban et en Syrie, Terje Roed-Larsen, Représentant spécial du Secrétaire général pour l'application de la résolution1559 (2004) du Conseil de sécurité sur le retrait des troupes étrangères du Liban.

« J'espère qu'il sera en mesure de me dire d'ici à la fin du mois d'avril, lorsque je remettrai mon prochain rapport au Conseil de sécurité, que des progrès auront été faits », a déclaré Kofi Annan.

Terje Roed-Larsen doit en effet préparer le rapport du Secrétaire général sur la façon dont Damas se conforme ou non à la résolution 1559 du Conseil de sécurité exigeant le départ des troupes «étrangères » du Liban, qui vise essentiellement les troupes syriennes.

« Les Syriens ont indiqué qu'ils planifiaient de retirer leurs troupes du Liban. Auront-ils terminé d'ici à la fin du mois d'avril ? S'agira-t-il d'un retrait partiel ou complet ? », s'est interrogé le Secrétaire général.

« Nous le verrons bien lorsque je remettrai mon rapport. Mais nous engageons la Syrie à le faire », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général avait déjà, le 25 février dernier, encouragé la Syrie à retirer ses troupes du Liban et appliquer ainsi la résolution 1559 d'ici à la fin du mois d'avril. Il avait par ailleurs rappelé que si la résolution n'était pas appliquée, le Conseil pourrait décider de prendre « des mesures supplémentaires » à savoir des sanctions (voir notre dépêche du 25 février 2005).

La résolution 1559 « demande instamment à toutes les forces étrangères qui y sont encore de se retirer du Liban », « demande que toutes les milices libanaises et non libanaises soient dissoutes et désarmées » et « soutient l'extension du contrôle exercé par le Gouvernement libanais à l'ensemble du territoire du pays ».

Répondant à une question sur le fait qu'un retrait précipité des troupes syriennes pourrait déstabiliser la région, le Secrétaire général a rappelé aujourd'hui qu'il en était bien conscient.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.