L'ONU a déjà renforcé ses mécanismes d'audit interne, affirme Louise Fréchette

L'ONU a déjà renforcé ses mécanismes d'audit interne, affirme Louise Fréchette

Louise Fréchette, Vice-Secrétaire générale
Rappelant que les règles de l'Organisation concernant les appels d'offre étaient devenues plus strictes et plus transparentes qu'elles ne l'étaient à l'époque décrite par le rapport intérimaire de Paul Volcker, la Vice Secrétaire générale de l'ONU a annoncé la mise en place d'un comité de contrôle interne qui surveillerait en permanence la mise en oeuvre des recommandations émises par les divers audits et organes de surveillance déjà en place.

« L'ONU, qui a déjà, depuis la période décrite dans le rapport intérimaire de la Commission d'enquête sur la gestion du programme pétrole contre nourriture, renforcé le professionnalisme et la transparence de ses appels d'offre, de ses systèmes de contrôle interne, prendra au fur et à mesure des besoins d'autres mesures », a indiqué aujourd'hui Louise Fréchette, Vice Secrétaire générale de l'ONU, lors d'une conférence de presse donnée au Siège de l'Organisation à New York.

Le rapport intérimaire de la Commission d'enquête indépendante conduite par Paul Volcker, qui avait été rendu public le jeudi 3 février, avait relevé de possibles malversations individuelles, notamment à l'égard de Benon Sevan, chef du Bureau chargé du Programme Iraq de 1996 à 2003, imputables notamment à la déficience des systèmes de surveillance et d'audit face à un programme d'une ampleur colossale.

« Nous pensons avoir déjà introduit beaucoup de changements significatifs dans les processus d'appels d'offre », a déclaré Louise Fréchette qui a précisé qu'il s'était passé beaucoup de choses depuis 1996, la période qui a été étudiée dans le rapport intérimaire.

« Les règles internes concernant les appels d'offre sont devenues plus strictes et, plus important encore, plus transparentes qu'elles ne l'étaient à l'époque décrite par le rapport intérimaire de Paul Volcker. Les exigences relatives aux appels d'offres figurent maintenant sur le site Internet et les lecteurs peuvent suivre les transactions », a-t-elle indiqué.

« Néanmoins, nous avons l'intention de considérer de nouveau notre système d'appels d'offre pour qu'il soit conforme aux pratiques optimales des autres organisations ».

A propos des systèmes de contrôle interne et des audits, Louise Fréchette a rappelé que le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) avait été créé il y a 10 ans seulement et que Paul Volcker avait identifié « une faiblesse dans notre système de gestion ».

La Vice-Secrétaire générale a annoncé la mise en place prochainement d'un comité de contrôle interne qui surveillerait en permanence la mise en oeuvre des recommandations émises par les divers audits et organes de surveillance déjà en place.

« Un des membres au moins de ce comité d'examen serait extérieur au Secrétariat afin que nous puissions bénéficier d'un point de vue extérieur sur la façon dont nos équipes de gestion assurent la mise en œuvre et le suivi des diverses recommandations », a précisé Louise Fréchette.

Paul Volcker a été nommé par Kofi Annan en avril 2004 pour conduire une enquête indépendante sur les allégations concernant la gestion du programme pétrole contre nourriture.

Immédiatement après l'invasion du Koweït par l'Iraq en 1990, le Conseil de sécurité avait adopté une série de sanctions visant à isoler le régime de Bagdad. Pour pallier aux conséquences négatives des sanctions sur la population iraquienne, le Conseil de sécurité avait adopté la résolution 986 (1995), mettant en place le programme pétrole contre nourriture, qui autorisait l'Iraq à vendre son pétrole afin de consacrer la majeure partie des recettes à l'achat de denrées alimentaires et d'autres articles humanitaires de première nécessité.

Le Comité des sanctions contre l'Iraq, créée par la résolution 661 (1990) du Conseil de sécurité, dit « Comité 661 », assumait la pleine responsabilité du respect de l'application du programme. Il incombait également au Comité, composé des représentants des États membres siégeant au Conseil de sécurité, d'approuver les contrats et de prendre les mesures nécessaires en cas d'irrégularités.

image• Retransmission de la conférence de presse de Louise Fréchette [77mins]

- Dossier « pétrole contre nourriture » du site de l'ONU