Le meurtre de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, retour à un "chapitre effroyable" de l'histoire du Liban

14 février 2005

Le Secrétaire général, Kofi Annan, a condamné aujourd'hui le « meurtre brutal » de Rafic Hariri, ex-Premier ministre du Liban et parlementaire, dans un attentat en plein Beyrouth, appelant tous les Libanais à la retenue et à réaliser leurs aspirations nationales par des voies pacifiques.

« Le Secrétaire général a appris avec une grande tristesse mêlée de consternation le meurtre brutal, perpétré aujourd'hui au cœur de Beyrouth, de l'ancien Premier Ministre du Liban, Rafic Hariri, et d'un certain nombre d'autres personnes », indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole.

« La mort de Rafic Hariri est une immense perte pour le Liban, la région et la communauté internationale. Nous nous souviendrons toujours de son dévouement à l'égard du peuple du Liban, de ses succès en tant qu'homme d'État et homme d'affaires et de ses importants succès dans la reconstruction du Liban après un conflit long et effroyable, ainsi que pour son courage et sa franchise en public et en privé », déclare Kofi Annan.

« Le Secrétaire général condamne dans les termes les plus fermes ceux qui ont prémédité, organisé et exécuté ce lâche assassinat politique. De tels actes sont un retour à un chapitre de l'histoire du Liban qu'il croyait depuis longtemps révolu. Il est impératif que la situation déjà fragile de la région ne soit pas déstabilisée plus avant » affirme-t-il.

Parallèlement, le Secrétaire général appelle « tous les Libanais à faire preuve de la plus grande retenue et à recourir des moyens pacifiques pour appuyer leur aspiration nationale à la pleine souveraineté, à l'indépendance et à l'intégrité territoriale ».

Pour sa part, le Président du Conseil de sécurité, Joel Adechi, Représentant du Bénin, qui occupe cette fonction pour le mois de février, a informé (vidéo) aujourd'hui que le Conseil avait débattu, lors de consultations, de la situation au Liban.

« Le Conseil de sécurité condamne l'acte terroriste intervenu au Liban, et se déclare préoccupé par les répercussions que peuvent avoir cet acte sur le processus de paix au Liban », a déclaré le Président du Conseil.

Il a précisé par ailleurs que le Conseil de sécurité avait demandé à Terje Roed-Larsen, Représentant spécial du Secrétaire général pour la mise en oeuvre de la résolution1559 (2004), un rapport sur cet attentat.

A l'issue de sa tournée au Liban et en Syrie, Terje-Roed Larsen, qui avait rencontré mercredi dernier, parmi d'autres personnalités, Rafic Hariri, s'était déclaré « encouragé » par le résultat de ses entretiens (voir notre dépêche du 10 février 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.