UNESCO : appel à la libération des journalistes Giuliana Sgena et Florence Aubenas

UNESCO : appel à la libération des journalistes Giuliana Sgena et Florence Aubenas

media:entermedia_image:4527f454-f5cf-4c54-8405-06e3e5725ccd
Rappelant qu'en Iraq comme ailleurs, la démocratie ne peut prospérer sans liberté de la presse, le directeur de l'agence des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture a aujourd'hui lancé un appel à la libération de la journaliste italienne Giuliana Sgena et réitéré sa demande de libération de la journaliste française Florence Aubenas.

Le Directeur de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a lancé un appel aujourd'hui à la libération de la journaliste italienne Giuliana Sgena, enlevée le 4 février à Bagdad où elle travaillait pour le quotidien Il Manifesto indique un communiqué diffusé à Paris.

« Giuliana Sgena, de même que la journaliste française Florence Aubenas et son interprète iraquien Hussein Hanoun al-Saadi, portés disparus depuis le 5 janvier, doivent être libérés. Les journalistes ne doivent pas être des cibles, ce sont des civils effectuant une tâche reconnue par la Déclaration universelle des droits de l'homme qui inscrit la liberté d'expression parmi les droits de l'homme fondamentaux », a-t-il ajouté.

Giuliana Sgena a été enlevée le 4 février, en plein centre de Bagdad, par un groupe d'hommes armés. Elle enquêtait sur la situation de réfugiés de Falloujah, installés dans une mosquée située dans l'Université de Bagdad.

Dans un communiqué publié le 31 janvier dernier, Koïchiro Matsuura avait lancé un appel à la libération de la journaliste française Florence Aubenas et de son interprète iraquien Hussein Hanoun al-Saadi, portés disparus en Iraq depuis le 5 janvier.

« Je souhaite rendre hommage au courage des journalistes, iraquiens ou étrangers, qui prennent, comme Florence Aubenas, des risques considérables pour que le public puisse être informé », avait déclaré le Directeur.

Florence Aubenas, reporter du quotidien français Libération, et son guide-interprète iraquien, Hussein Hanoun al-Saadi, ont été vus pour la dernière fois à l'hôtel de la journaliste à Bagdad. Tout laisse à penser qu'ils ont été enlevés mais les mobiles de ce rapt restent incertains.