Rapport Volcker : l'ONU surmontera la crise par le changement, promet Kofi Annan

Rapport Volcker : l'ONU surmontera la crise par le changement, promet Kofi Annan

Kofi Annan
Davantage de transparence et de responsabilité, c'est ce à quoi s'est engagé Kofi Annan dans une lettre au personnel de l'ONU, précisant qu'il attendait les autres rapports de la Commission Volcker afin d'aller « au fond de cette affaire » afin qu'elle cesse de « jeter une ombre sur l'Organisation ».

« Manifestement, il y a quelques 'coups de massue' dans le rapport ». « Cela nous préoccupe et c'est pourquoi nous avons l'intention d'agir rapidement. C'est une première étape. Il y aura d'autres rapports de la Commission Volcker, et nous attendons avec intérêt la fin de son travail, car nous sommes déterminés à aller au fond de cette affaire », a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général, Kofi Annan, lors d'un point avec la presse à son arrivée au Siège de l'ONU, à New York.

« Nous ne souhaitons pas que cette affaire continue de jeter une ombre sur l'ONU, nous souhaitons donc obtenir la vérité », a précisé le Secrétaire général.

Kofi Annan a ajouté que « pour une organisation comme l'ONU, tout soupçon de corruption ou de malversation est nuisible et dangereux, et nous ne pouvons pas l'ignorer ».

Interrogé sur les mesures disciplinaires prises à l'encontre de M. Joseph Stephanides et de M. Benon Sevon, le Secrétaire général a précisé que les avocats de l'ONU examinaient la question.

Kofi Annan a par ailleurs précisé, en réponse à une question concernant le comportement de son prédécesseur au poste de Secrétaire général, Boutros Boutros-Ghali, que « tout Secrétaire général agissait en fonction des circonstances dans lesquelles il se trouve » et qu'il ne présumerait pas de ces dernières.

Hier, dans une lettre adressée au personnel de l'ONU, le Secrétaire général s'était engagé à « plus de transparence et de responsabilité », avait rappelé son porte-parole, Fred Eckhard.

Il a rappelé que « la réforme d'une organisation comme l'ONU n'était jamais simple, mais qu'il fallait parfois une crise comme celle-ci pour surmonter les obstacles au changement ».

« J'ai la ferme conviction que si nous travaillons ensemble, l'ONU pourra surmonter cette crise et se transformer pour être mieux à même de répondre à la confiance et aux attentes des Etats Membres et de leurs citoyens envers l'Organisation », a conclu Kofi Annan dans son message.

image• Retransmission du point-presse de Kofi Annan [3mins]