L'expert indépendant pour les droits de l'homme en Afghanistan en visite dans le pays

L'expert indépendant pour les droits de l'homme en Afghanistan en visite dans le pays

media:entermedia_image:7e233908-707b-4825-aabc-1f59af9b3982
Quelques jours après le lancement par la Haute Commissaire aux droits de l'homme d'un rapport sur la gestion des violations des droits de l'homme en Afghanistan, l'expert indépendant pour l'Afghanistan, Cherif Bassiouni, se rend dans le pays pour mettre en place un programme de services pour promouvoir le respect de l'Etat de droit.

L'Expert indépendant pour les droits de l'homme en Afghanistan, Cherif Bassiouni, est arrivé dans le pays le 31 janvier pour une visite qui doit se terminer le 6 février, au cours de laquelle il entend rencontrer des représentants de la société civile, de hauts fonctionnaires afghans ainsi que des représentants de la communauté internationale, a informé aujourd'hui la porte-parole de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), Ariane Quentier, lors d'un point avec la presse à Kaboul.

« Le mandat de l'expert indépendant est de développer, en collaboration avec l'Autorité intérimaire, le Bureau du Haut Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) et la MANUA, un programme de services de conseils pour garantir le plein respect et la protection des droits de l'homme.

Cette visite intervient quelques jours après que la Haute Commissaire aux droits de l'homme, Louise Arbour, se soit rendu dans le pays pour le lancement d'un rapport sur la justice de transition en Afghanistan (voir notre dépêche du 31 janvier 2005).

L'Expert indépendant a été chargé par la Commission des droits de l'homme d'élaborer, « en stricte collaboration avec l'Autorité de transition et notamment la Commission indépendante des droits de l'homme en Afghanistan, ainsi qu'avec le Haut Commissariat aux droits de l'homme et la MANUA », un « programme de services consultatifs visant à assurer le plein respect et la protection des droits de l'homme ainsi que la promotion de l'Etat de droit, et de rechercher et recevoir des informations sur la situation des droits de l'homme en Afghanistan ainsi que de faire rapport à ce sujet, dans le cadre d'un effort de prévention des violations des droits de l'homme », indique un communiqué du Haut Commissariat aux droits de l'homme (HCDH).

Au cours de sa visite, il se rendra sur le terrain à Mazar-i-Charif (carte) où il s'entretiendra avec des responsables locaux et les principales personnes œuvrant dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l'homme dans la province.

M. Bassiouni avait déjà effectué une mission en Afghanistan du 14 au 22 août 2004 et a présenté un rapport à la troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies le 28 octobre 2004 (document A/59/370 daté du 21 septembre 2004).

L'Expert indépendant donnera une conférence de presse le 5 février prochain au siège de la MANUA. Il présentera un rapport sur sa mission à la Commission des droits de l'homme lors de sa prochaine session, qui se tiendra du 14 mars au 22 avril 2005, précise le communiqué.

Interrogé sur la présence d'auteurs de violations des droits de l'homme au sein du Gouvernement afghan, un porte-parole de la MANUA a rappelé que la Mission de l'ONU n'avait pas le pouvoir d'empêcher leur nomination, bien que le Représentant spécial, Jean Arnault, ait récemment indiqué que la MANUA « accueillerait avec une grande satisfaction une amélioration dans la nomination des représentants de l'Etat ».

Quant aux pouvoirs de la MANUA pour empêcher que de tels individus n'entrent au Parlement, le porte-parole a rappelé qu'il existait une procédure de contrôle dans le processus électoral, mais que cette prérogative revenait exclusivement à l'organe électoral afghan.

La porte-parole de la MANUA, Ariane Quentier, a par ailleurs fait part d'initiatives de la MANUA pour améliorer le taux d'alphabétisation de la population de plus de 15 ans, qui se situe à 43,5 % pour les hommes et à 14% pour les femmes.