L'Afghanistan confrontée aux violations des droits de l'homme et au trafic de drogues

31 janvier 2005

A l'occasion du lancement d'un rapport sur la justice de transition en Afghanistan, la Haute Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a encouragé les Afghans à poursuivre leur recherche des auteurs de ces abus, au moment où le chef de l'agence de l'ONU contre la drogue et le crime appelle au lancement de mandats d'arrêts internationaux contre les trafiquants d'opium dans le pays.

La Haute-Commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies, Louise Arbour, a encouragé samedi l'Afghanistan à continuer de faire des progrès courageux dans le domaine des droits de l'homme et à se pencher sur les violations du passé et du présent de façon à garantir que les responsables de graves violations n'exercent plus de pouvoir, indique un communiqué publié le 29 janvier 2005.

S'exprimant à l'occasion du lancement à Kaboul - en présence de Hamid Karzai, Président de l'Afghanistan et de Jean Arnault, Représentant spécial du Secrétaire général - d'un rapport sur la justice de transition établi par la Commission indépendante afghane des droits de l'homme, Mme Arbour a souligné que « l'établissement de toute société stable vivant dans la paix et la sécurité doit disposer d'un système de justice permettant de s'assurer que les préjudices sont réparés ouvertement et conformément à la loi, aussi difficile que cela puisse être, et permettant d'inspirer confiance envers l'autorité ».

« Les Afghans eux-mêmes ont reconnu cette nécessité et ont appelé à la fin de l'impunité », a rappelé Louise Arbour, soulignant que « la stratégie sur la justice de transition figurant dans le rapport de la Commission indépendante » était « le résultat de larges consultations avec les citoyens et des groupes cible sur l'ensemble du territoire ».

Il faut d'abord et avant tout féliciter les Afghans pour avoir eu le courage de parler et de ne pas renoncer à l'espoir d'un avenir meilleur qui mette fin aux violations des droits de l'homme et à l'impunité, a déclaré Mme Arbour.

Le rapport s'appuie sur des consultations sur la façon dont les Afghans souhaitent que soit traitée la question des violations des droits de l'homme auprès de plus de 4 000 personnes et plus de 200 groupes cibles au cours des huit derniers mois dans 32 des 34 provinces du pays, ainsi que dans des communautés de réfugiés au Pakistan et en Iran.

Le rapport de la Commission indépendante contiendra des recommandations à l'intention des autorités afghanes et de la communauté internationale sur la façon de traiter des crimes du passé et de combattre l'impunité, précise le communiqué.

Par ailleurs, le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York, a informé aujourd'hui qu'Antonio Maria Costa, le directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) avait terminé une visite de trois jours en Afghanistan, appelant au lancement de mandats d'arrêt internationaux visant les trafiquants de drogue afghans.

« Cet appel est fondé sur la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée ainsi que sur la Convention de 1988 contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes », a précisé le porte-parole.

Antonio Maria Costa, qui a félicité le Président Karzai des efforts accomplis, et qui estime que la production d’opium devrait baisser en 2005, a proposé une « promesse négative » de la part des agriculteurs, qui s’engageraient à renoncer à cultiver les plantes narcotiques afin de recevoir une assistance au développement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.