Elections en Iraq : Kofi Annan appelle à la réconciliation de toutes les parties

31 janvier 2005

Saluant le succès des élections pour l'Assemblée constituante qui se sont déroulées hier en Iraq, le Secrétaire général a rendu hommage au courage des Iraquiens dans cette première étape vers la démocratie et appelé à la réconciliation de toutes les parties.

« Malgré les tentatives significatives pour perturber l'élection par la violence, les Iraquiens se sont rendus en masse [aux urnes] pour exercer leur droit de vote », a déclaré le Secrétaire général dans un message transmis par son porte-parole le 30 janvier 2005.

Même « s'il faudra attendre quelques jours pour connaître les résultats finaux », il « apparaît que l'élection s'est déroulée avec succès », a souligné Kofi Annan, qui a rendu hommage au « courage du peuple iraquien » et salué la Commission électorale indépendante iraquienne et les « milliers de membres du personnel électoral iraquien » qui ont organisé « ces élections de façon si efficace, dans un temps limité et dans des circonstances aussi difficiles ».

Dans son message, le Secrétaire général félicite aussi « ses collègues de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) » qui ont travaillé si ardûment pour appuyer l'élection, aux côtés des autres experts électoraux internationaux ».

« Les forces de sécurité, tant iraquiennes qu'internationales, ont aussi apporté une contribution importante pour garantir un environnement relativement sûr », a souligné le Secrétaire général.

« Le succès de l'élection augure bien du processus de transition », a déclaré Kofi Annan, pour qui « la prochaine phase conduira l'Assemblée nationale de transition à élaborer une Constitution permanente pour l'Iraq, qui doit faire l'objet d'un référendum en octobre 2005 » (voir notre dépêche du 28 janvier 2005).

« Il est important de s'assurer que tous les individus, groupes et partis qui, pour quelque raison que ce soit, n'ont pas été en mesure ou n'ont pas été disposés à participer à l'élection, soient maintenant impliqués dans le processus d'élaboration de la Constitution », a-t-il souligné.

« Voici venu le moment de la réconciliation pour toutes les parties », a affirmé Kofi Annan.

« C'est la première étape d'un processus démocratique », a par ailleurs précisé le Secrétaire général lors d'une conférence de presse donnée à l'occasion du Sommet de l'Union africaine à Abuja, capitale du Nigeria, au cours de laquelle il a souligné : « les Iraquiens qui sont sortis aujourd'hui pour voter sont courageux. Ils savent qu'ils votent pour l'avenir de leur pays, pour le jour où ils prendront leur destin en main et pourront régler leurs affaires eux-mêmes ».

« Le prochain objectif est fixé à décembre de cette année », a-t-il ajouté, précisant qu'il y aurait « un gouvernement iraquien au complet qui pourra commencer à gérer le pays sur la base de la nouvelle Constitution ».

Dans sa déclaration, Kofi Annan s'est à cet égard déclaré « encouragé par les récentes déclarations d'un certain nombre de dirigeants politiques iraquiens qui ont fait savoir qu'ils étaient prêts à jouer un rôle dans ce processus ou à permettre à d'autres de le faire ».

Le Secrétaire général a enfin réaffirmé que l'ONU était prête à poursuivre son assistance électorale, à faciliter les efforts d'ouverture et, si on l'y invitait, à aider l'Assemblée nationale de transition dans ses travaux de rédaction de la Constitution.

Interrogé à Abuja sur la position des Etats-Unis et sur sa position sur la guerre en Iraq, le Secrétaire général a rappelé « que cette position était très claire », mais qu'il avait une « tâche très importante à accomplir » et qu'il « travaillait en très bonne entente avec les 191 Etats Membres ». « Les deux prochaines années vont nous tenir très occupés et je poursuis mes travaux sans hésitation et sans craintes », a-t-il affirmé.

- Dossier Iraq du site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.