R. D. du Congo : la MONUC dénonce les tentatives de déstabilisation en Ituri

27 janvier 2005

Alors que le Groupe d'expert du Conseil de sécurité sur l'embargo sur les armes à destination de la RDC préconise aujourd'hui un élargissement à tout le pays, la Mission de l'ONU prévient contre toute tentative de déstabilisation de l'Ituri, à l'heure où plusieurs officiers issus de milices poursuivent leur intégration au sein des Forces armées congolaises.

La Mission d'observation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) a dénoncé les tentatives de déstabilisation en Ituri, dans l'Est du pays, provoqué par l'Union des patriotes congolais (UPC-L) dirigés par Thomas Lubanga et le Front des nationalistes intégrationistes (FNI) dans les territoires de Djugu et d'Irumu (carte), a déclaré aujourd'hui le porte-parole de la MONUC, Mamadou Bah.

« La MONUC appelle tous les chefs des groupes armés de l'Ituri, qui doivent bientôt prêter serment lors de leur intégration en tant qu'officiers des forces armées de la RDC (FARDC), à prendre leurs responsabilités en donnant des ordres clairs aux membres de leurs anciennes milices pour qu'ils déposent les armes », a-t-il précisé.

Mamadou Bah a souligné que « le processus de désarmement et de réinsertion communautaire » dans le district de l'Ituri s'était poursuivi au ralenti ces dernières semaines, « en raison de la persistance de la déstabilisation et des menaces à l'égard des combattants inscrits ».

Radio Okapi, la radio de la MONUC, annonce pour sa part, dans un communiqué paru aujourd'hui, le retrait officiel de Nyabiondo de deux bataillons des Forces armées de la RDC (FARDC) composés d'ex-membres des milices ANC [l'ancienne Armée nationale congolaise (ANC) connue aussi sous le nom de RCD-Goma] (carte).

« Le retrait officiel a débuté ce mercredi sur ordre du commandant de la 8è région militaire et du gouverneur du Nord Kivu » indique Radio Okapi qui précise que l'opération devra durer deux jours jusqu'à ce que ces militaires regagnent leurs positions initiales dans plusieurs localités de Masisi.

« La MONUC met en garde contre toute exaction sur la population durant ce retrait », précise le communiqué.

Nyabiondo, fief des ex-Maï-Maï, a été le théâtre des affrontements pendant le mois de décembre dernier, à la suite du secours d'un bataillon ex-ANC à ses éléments bloqués à Nyabiondo.

La MONUC, qui se déploie depuis quelques jours, demande également aux organisations humanitaires de commencer déjà à évaluer les besoins de cette population. Cette dernière rentre timidement, démunie de tout. Certaines maisons de la place sont envahies par la brousse. D'autres sont complètement détruites.

Par ailleurs, un rapport du Groupe d'experts du Conseil de sécurité sur l'embargo sur les armes en République démocratique du Congo a été publié aujourd'hui, a indiqué la porte-parole du Secrétaire général, Marie Okabe, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Les experts du Groupe créé par la résolution 1533 (2004) du Conseil de sécurité, recommandent une révision des cibles de l'embargo afin d'en clarifier les termes et les exemptions, a-t-elle précisé, de même « qu'une extension de l'embargo sur tout le territoire de la RDC, à l'exception de la Mission de l'ONU et de l'Etat-major, ainsi que la fourniture de matériel non létal.

Le rapport a été soumis au Comité des sanctions pour la RDC, dans la perspective de sa présentation au Conseil de sécurité, a indiqué Marie Okabe.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.