Le rapport de Jeffrey Sachs plébiscité par les agences des Nations Unies

18 janvier 2005

A l'occasion de la parution du rapport du Projet du Millénaire, les agences des Nations Unies ont appelé à une action immédiate pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement et rappelé que chaque année plus de 5 millions d'enfants dans le monde mouraient de causes directement liées à la malnutrition et que plus de 1,2 milliard de personnes continuaient de vivre aujourd'hui dans une pauvreté extrême.

A l'occasion de la parution du rapport du Projet du Millénaire, les agences des Nations Unies ont appelé à une action immédiate pour atteindre les objectifs du Millénaire et rappelé que chaque année plus de 5 millions d'enfants dans le monde mouraient de causes directement liées à la malnutrition et que plus de 1,2 milliard de personnes continuaient de vivre aujourd'hui dans une pauvreté extrême.

Les trois agences des Nations Unies basées à Rome en Italie - l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds international de développement agricole (FIDA) - ont appelé à « une action immédiate des pays développés et en développement pour que les objectifs fixés lors du Sommet du Millénaire en 2000 soient réalisés », indique un communiqué conjoint des trois agences publié aujourd'hui.

FAO, PAM et FIDA appellent les dirigeants des pays pauvres à prendre « les dispositions nécessaires pour assurer une bonne gouvernance et un développement économique sain » et demandent à la communauté internationale d'« engager rapidement une action stratégique pour les soutenir ».

Le rapport du Projet du Millénaire, rédigé par Jeffrey Sachs et intitulé « Investir dans le développement : un plan pratique pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement », qui propose dix recommandations clés et une série de mesures concrètes pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement a été transmis au Secrétaire général hier à New York et rendu public simultanément dans 80 pays (votre notre première dépêche du 17 janvier sur le sujet).

« Les objectifs du Millénaire pour le développement ne sont pas utopiques. Ils sont parfaitement réalisables », avait déclaré à cette occasion Kofi Annan. Le rapport du Projet du Millénaire est un travail « convaincant » qui présente « un grand nombre de mesures concrètes et de propositions pratiques » pour atteindre ces objectifs « comme prévu d'ici à 2015 », avait-il ajouté (votre notre seconde dépêche du 17 janvier).

Dans leur communiqué, les trois agences rappellent que le premier objectif du Millénaire pour le développement, qui consiste à réduire de moitié l'extrême pauvreté et la faim dans le monde d'ici à 2015, rejoint celui proclamé en 1996 lors du Sommet mondial de l'alimentation à Rome.

« Dans un monde où d'abondantes ressources permettent de produire une nourriture suffisante pour nourrir tout le monde, l'extension de la faim est non seulement un outrage moral mais aussi la manifestation d'un échec collectif de la communauté internationale », ont déclaré Jacques Diouf, Directeur de la FAO, James Morris, Directeur du PAM et Lennart Bage, Président du FIDA.

« Nous n'avons pas le choix, il faut atteindre ces objectifs. Le coût de l'inaction - en termes de vies ruinées, de croissance économique perdue et de ressources naturelles gâchées irrémédiablement - est tout simplement trop élevé », ont-ils prévenu.

Les trois directeurs d'agences ont en profité pour rappeler que chaque année, plus de 5 millions d'enfants dans le monde mouraient de causes directement liées à la malnutrition. Plus de 850 millions de personnes souffraient de la faim de manière chronique. Plus de 1,2 milliard de personnes continuent de vivre aujourd'hui dans une pauvreté extrême.

« Les trois quarts de ceux qui croupissent dans la pauvreté extrême, soit environ 900 millions de personnes, vivent en milieu rural et leurs moyens de subsistance dépendent de l'agriculture », ont-ils fait remarquer. Pourtant, regrettent-ils, « l'aide publique au développement pour l'agriculture et le secteur rural a nettement diminué depuis 1988 ».

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fait savoir, dans un communiqué publié également aujourd'hui, qu'elle approuve aussi les recommandations de Jeffrey Sachs.

L'OMS en profite pour attirer l'attention sur l'importance accordée à la santé dans le rapport. « Ce document donne des recommandations détaillées sur l'augmentation immédiate et massive des sommes que la communauté internationale doit investir dans les programmes de santé pour réaliser les objectifs du Millénaire : traitement du SIDA, amélioration de la santé maternelle et infantile, lutte contre la tuberculose et le paludisme, mise à la portée de tous d'un plus grand nombre de médicaments », indique l'agence de l'ONU pour la santé.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) accueille également favorablement le rapport du Projet du Millénaire, un document qu'il qualifie de « feuille de route indispensable pour atteindre les objectifs du Millénaire », a indiqué l'agence dans un communiqué publié hier.

Le rapport propose « des interventions peu onéreuses mais présentant des bénéfices à long terme pour le développement », a expliqué l'UNICEF, précisant que ces « actions à gain rapide » comprenaient des moustiquaires pour lutter contre le paludisme, des vaccins contre les maladies infectieuses, des puits pour disposer d'eau potable et salubre et des thérapies antirétrovirales pour lutter contre le SIDA.

« Mises en pratique à grande échelle, beaucoup de ces recommandations pourraient avoir des effets quantifiables sur la vie des enfants », a fait remarquer l'agence de l'ONU pour l'enfance.

Dans un communiqué rendu public hier également, le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) acceuille également favorablement les recommandations du rapport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.