La crise en Asie du Sud contribuera à améliorer le système mondial d'assistance, espère Jan Egeland

1 janvier 2005

L'espoir est qu'en cette année 2005, « il sera possible d'améliorer véritablement notre système d'assistance humanitaire en le rendant plus cohérent, plus efficace, et en accroissant nos ressources », a déclaré Jan Egeland, Coordonnateur humanitaire de l'ONU, exprimant l'espoir que l'assistance exemplaire aux victimes du tsunami permettrait d'y contribuer, alors que les contributions ont dépassé les 2 milliards de dollars.

L'espoir est qu'en cette année 2005, « il sera possible d'améliorer véritablement notre système d'assistance humanitaire en le rendant plus cohérent, plus efficace, et en accroissant nos ressources », a déclaré Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, lors d'une conférence de presse donnée ce matin au Siège de l'Organisation, à New York.

« Nous assistons non seulement à l'afflux le plus important d'assistance jamais enregistré, mais il s'agit aussi de l'opération la mieux coordonnée en matière humanitaire dans une période si courte », a souligné le Coordonnateur humanitaire, pour qui « la compassion internationale ne s'est jamais ainsi manifestée ».

« Ceci est le niveau d'assistance requis pour toutes les autres crises », a-t-il estimé, espérant que les efforts démontrés pour venir en aide aux victimes du tsunami, le raz-de-marée qui a ravagé l'Asie du Sud dimanche dernier, seraient reflétés dans les autres crises sur lesquelles il a attiré l'attention (voir notre dépêche du 14 décembre 2004).

« L'ONU et le système de la Croix-Rouge font de leur mieux à présent », alors que nous disposons de plus de 2 milliards de dollars, ce qui représente plus que la totalité de tous les appels humanitaires lancés en 2004, a souligné Jan Egeland.

Plus de 40 pays ont promis des secours, le Japon venant de promettre 500 millions de dollars, qui vient s'ajouter à ceux déjà promis (voir notre dépêche du 31 décembre 2004).

Le Coordonnateur humanitaire de l'ONU a réitéré aujourd'hui, comme il l'a fait savoir aux représentants du « Groupe restreint » [la coalition internationale de secours] lancée par Washington (voir sur les détails donnés par Colin Powell, notre dépêche du 31 décembre 2004), ainsi que de l'Union européenne, du Canada, des Pays-Bas, de la Chine, la priorité absolue en termes de besoins : « des hélicoptères, des bateaux pour les transporter », afin de ne pas encombrer les pistes d'atterrissage à terre et de pallier la disparition des routes et des infrastructures.

« Il manque aussi cinq centres de contrôles aériens - car les pistes endommagées vont figurer 'au rang des aéroports les plus actifs du monde'-, des centaines de bateaux, des centaines de camions de 10 à 15 tonnes, de nouveaux avions cargo C17 et C130, 10 camps d'assistance avec le personnel nécessaire, des unités de stockage, des centaines de systèmes de traitement de l'eau, des milliers de générateurs et des systèmes de communication », a-t-il précisé.

Bien sûr, il faut aussi de la nourriture et l'équipement médical, mais tout cela est en route, a déclaré Jan Egeland.

« En Indonésie seulement, nous devrons nourrir plus d'un millions de personnes, et nous avons commencé l'acheminement par avion vers Aceh », a-t-il précisé, ajoutant : « au Sri Lanka, nous devrons nourrir plus de 700 000 personnes ».

Le Programme alimentaire de l'ONU (PAM) a déjà atteint 140 000 personnes et espère atteindre tous ceux qui en ont besoin d'ici au 6 janvier.

Jan Egeland a par ailleurs estimé que l'assistance alimentaire dans la région serait nécessaire pendant au moins plusieurs mois, le temps que les infrastructures soient rétablies et que le réseau d'adduction des eaux soit reconstruit.

Le plus grand danger à présent réside dans la pollution des puits et dans l'absence d'eau potable, qui propage diahrrée, maladies respiratoires, et fait craindre une épidémie de choléra, a souligné le Coordonnateur humanitaire de l'ONU.

imageRetransmission de la conférence de presse de Jan Egeland[27mins]

- Dossier spécial 'tsunami' sur le site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.