Soudan : la signature de l'accord final de Naivasha met fin à 21 ans de guerre civile

31 décembre 2004

Kofi Annan a salué la signature, aujourd'hui à Naivasha, au Kenya, des derniers protocoles aux accords globaux entre le Gouvernement soudanais et les rebelles du sud du pays, mettant fin à un guerre civile de 21 ans, qui a fait deux millions de morts et causé le déplacement de quatre millions de Soudanais.

« Le Secrétaire général se félicite de la signature, le 31 décembre, par le Gouvernement du Soudan et le Mouvement populaire de libération du Soudan, des deux derniers accords du processus de paix Nord-Sud à savoir l'Accord sur les modalités d'application des protocoles et accords et l'Accord sur le cessez-le-feu permanent et les modalités de mise en œuvre des accords de sécurité » indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole.

« Ceux-ci font partie intégrante de l'Accord de paix global, qui traduit l'engagement des parties à mettre fin à plus de 20 ans de guerre civile », rappelle Kofi Annan dans son message, par lequel il « salue la détermination dont ont fait preuve les délégués soudanais qui ont persévéré dans leurs efforts pour faire aboutir les pourparlers dans les délais convenus ».

Le 19 décembre dernier, les deux parties avaient signé un mémorandum d'accord, dans lequel elles confirmaient les six protocoles déjà signés et par lequel elles s'engageaient à conclure un accord définitif avant la fin 2005.

Cet accord avait été suivi de l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité qui avait convoqué, de façon tout à fait exceptionnelle, une séance à Nairobi, au Kenya, dans laquelle il s'engageait, si un tel accord était bel et bien signé, à appuyer le relèvement du Soudan et à envisager la création d'une opération de l'Organisation des Nations Unies à l'appui de la paix dans le pays (voir notre dépêche du 19 novembre 2004).

Dans son message, « le Secrétaire général salue également les efforts diplomatiques inlassables déployés par l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) sous la direction de l'infatigable général Lazarus Sumbeiywo », qui ont « facilité de manière décisive le processus ayant conduit à l'accord final ».

Kofi Annan remercie également le Gouvernement du Kenya d'avoir soutenu constamment les négociations ainsi que d'autres Gouvernements, en particulier ceux de la Troïka [composée des Etats-Unis, de la Norvège et du Royaume-Uni], pour l'aide importante qu'ils ont apportée.

Enfin, le Secrétaire général se réjouit à la perspective de la signature officielle de l'Accord de paix global qui « ouvrira une nouvelle période de paix au Soudan », à laquelle les Nations Unies sont prêtes à apporter leur contribution.

Interrogé hier, à l'occasion d'une conférence de presse au Siège de l'ONU à New York, sur l'effet de cet accord sur la situation au Darfour, la région de l'Ouest du Soudan encore en prise à des affrontements entre milices pro-gouvernementales et rebelles, Kofi Annan a « estimé que l'on pouvait s'attendre à ce que la signature de cet accord conduise à une conférence et à un dialogue national », et à ce « qu'elle donne une impulsion au règlement de la question du Darfour ».

- Dossier Soudan du site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.