Haïti : le Gouvernement verse les premiers arriérés de soldes aux ex-militaires

29 décembre 2004

Au lendemain d'une réunion de représentants du gouvernement haïtien et d'ex-militaires démobilisés aux Cayes et au Cap haïtien, le Gouvernement de transition a exprimé sa volonté de procéder au versement des arriérés de soldes et opéré les premiers paiements aux soldats démobilisés ayant participé au programme de réintégration à Tabarre.

Le Gouvernement haïtien a décidé hier d'émettre les premiers versement des arriérés de soldes à destination des militaires démobilisés qui avaient participé au programme de DDR de Tabarre, à la suite d'une rencontre d'une mission du Gouvernement avec les membres des ex-FAD'H (Forces armées d'Haïti) aux Cayes et au Cap Haïtien, le 27 décembre dernier, indique un communiqué d'une porte-parole la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Selon la MINUSTAH, ces paiements ont été faits « sur la base d'une liste du ministère des finances, relative au versement des dernières soldes en 1994 ».

Les anciens militaires présents, 30 au Cap Haïtien et 140 aux Cayes (carte), exigeaient « l'indemnisation des militaires démobilisés en 1994 'en dédommagement de cette décision [qualifiée d'] inconstitutionnelle', le paiement des arriérés de salaire et le paiement des pensions de retraite (intégrant la période écoulée depuis la démobilisation, soit 10 ans depuis 1994) », précise le communiqué.

L'équipe gouvernementale a toutefois précisé qu'il « ne lui appartenait pas de décider de la reconstitution de l'armée et que cette responsabilité incomberait aux politiques issus des prochaines élections ».

Le communiqué précise que l'équipe ministérielle dépêchée aux Cayes comprenait deux représentants du gouvernement, le ministre de l'Intérieur, Hébrard Abraham et un représentant du bureau de la gestion des militaires démobilisés, Claude Jeudi. Au Cap Haïtien le Ministre de la Justice, Bernard Gousse était accompagné de la représentante de l'OIM, Maureen Achieng.

La MINUSTAH, qui a déjà fait connaître son soutien au versement des pensions aux ex-militaires qui n'auraient pas commis de crimes, indique qu'elle « garde une position de facilitateur et d'appui logistique », notamment en mettant à disposition des moyens de transport aérien, en l'espèce deux hélicoptères pilotés par des équipages chiliens.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.