Raz-de-marée en Asie du Sud : assistance d'urgence des Nations Unies

27 décembre 2004

Alors que se poursuit l'évaluation des pertes causées par le raz-de-marée qui a frappé les pays côtiers de l'océan Indien, l'agence de l'ONU pour les réfugiés a annoncé qu'elle apportait une aide d'urgence au Sri Lanka dans le cadre des efforts de la Coordination humanitaire de l'ONU, qui a envoyé hier une équipe d'experts dans la région.

Le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA) et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) vont distribuer une aide d'urgence aux victimes des raz-de-marée qui ont frappés hier les zones côtières de l'océan indien, indique un communiqué d'OCHA rendu public hier et un communiqué du HCR paru aujourd'hui.

Plusieurs tremblement de terre - deux de force 8.9 et un de force 7.3 sur l'échelle de Richter -, qui se sont manifestés dimanche matin dans l'océan Indien au Nord de l'Ile de Sumatra, en Indonésie et autour des îles de Nicobar et d'Andaman (carte de l'Asie du Sud), ont causé un raz-de-marée dans la région, tuant des milliers de personnes dans les zones côtières, rappelle le communiqué.

« Lundi matin, le gouvernement du Sri Lanka et les agences de l'ONU ont tenu une réunion d'urgence dans la capitale, Colombo » (carte), décidant que le HCR concentrerait ses efforts sur la fourniture d'une assistance dans la région de l'est du pays, qui se relève à peine de longues années de conflit, indique le HCR.

Ce dernier précise qu'il dispose déjà de 7 bureaux au Sri Lanka et d'une expérience de 20 années à aider les réfugiés et les personnes déplacées dans cette région.

« L'ampleur de la catastrophe est si énorme et choquante que nous allons faire tout ce que nous pourrons pour nous associer aux efforts de la communauté internationale pour aider les victimes de ces vagues géantes », a déclaré le Haut Commissaire aux réfugiés, Ruud Lubbers, qui a ajouté que les fournitures du HCR étaient normalement destinées à la population déplacée mais qu'il s'agissait d'une urgence et que la population locale avait besoin d'une aide sur le champ.

Hier, le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA) avait annoncé l'envoi au Sri Lanka d'une équipe d'experts de l'Equipe des Nations Unies pour l'évaluation et la coordination en cas de catastrophe (UNDAC).

La Coordination humanitaire de l'ONU annonçait également l'envoi d'un personnel d'urgence dans les autres pays affectés afin de renforcer les capacités des gouvernements nationaux à répondre aux catastrophes naturelles, notamment par la fourniture immédiate de fonds d'urgence.

« Les besoins immédiats portent sur des fournitures médicales, des installations sanitaires portables, des tentes et des hélicoptères pour l'évacuation de la population », indique le communiqué.

« C'est la première étape d'une contribution sûrement plus importante des Nations Unies aux pertes catastrophiques découlant des tremblements de terre et des raz-de-marée » du 26 décembre, a déclaré Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence.

- Dossier spécial ‘tsunami’ sur le site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.