L'UNESCO salue la libération des otages français en Iraq

22 décembre 2004

L'agence de l'ONU pour l'éducation et la culture s'est félicitée de la libération des deux journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot, retenus en otage depuis plus de quatre mois en Iraq, déplorant que les journalistes payent trop souvent de leurs vies le droit d'exercer leur métier essentiel pour le fonctionnement de la démocratie.

Le directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) , Koïchiro Matsuura, s'est félicité aujourd'hui de « la libération des journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot, enlevés sur la route entre Bagdad et Nadjaf et retenus en otages depuis 124 jours », indique un communiqué de l'organisation rendu public à Paris.

« Je salue la libération de Christian Chesnot et Georges Malbrunot », a déclaré le directeur général, espérant que « cet heureux dénouement laisse augurer d'une amélioration de la situation pour les professionnels des médias en Iraq » et déplorant que « ces derniers payent trop souvent de leur vie le droit d'exercer leur métier dans ce pays ».

Selon l'International News Safety Institute (INSI), plus de 60 professionnels des médias - journalistes et personnel d'appui, tels que les chauffeurs et traducteurs – ont trouvé la mort en couvrant les événements en Iraq, indique par ailleurs le communiqué.

« Les médias libres et indépendants jouent un rôle essentiel pour le fonctionnement de la démocratie. Compte tenu des élections à venir, il est fondamental que les journalistes, d'Iraq et d'ailleurs, puissent travailler dans de bonnes conditions de sécurité », a rappelé Koïchiro Matsuura.

Christian Chesnot travaillait en Iraq en tant que pigiste de Radio France et RFI. Georges Malbrunot s'y trouvait pour les quotidiens Le Figaro et Ouest-France. Ils avaient été capturés le 20 août par un mouvement revendiquant le nom d'Armée islamique en Iraq.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.