Plus d'un million de réfugiés victimes de la faim en 2005, anticipe le HCR

Plus d'un million de réfugiés victimes de la faim en 2005, anticipe le HCR

media:entermedia_image:1ea44563-c727-47a1-8fdb-e037b5e3dfa8
L'agence de l'ONU pour les réfugiés alerte sur la situation de plus d'un million de réfugiés dans le monde, qui seront victimes l'année prochaine de la faim et de malnutrition si les pays donateurs ne répondent pas de manière généreuse aux appels de fonds du Programme alimentaire mondial.

En raison de pénuries alimentaires, plus d'un million de réfugiés dans le monde seront victimes l'année prochaine de la faim et de malnutrition, s'ajoutant aux plusieurs centaines de milliers qui se battent déjà avec de maigres rations alimentaires pour survivre, préviennent le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué diffusé aujourd'hui à Genève.

« En cette période de fêtes, nous voulons attirer l'attention sur leur situation qui ne va faire que s'empirer à moins que le Programme alimentaire mondial – partenaire du HCR – ne reçoive immédiatement les fonds qu'il demande », indique le communiqué qui ajoute que l'agence de l'ONU pour les réfugiés est « particulièrement inquiète pour les réfugiés en Afrique et en Azerbaïdjan.

En Zambie, la distribution de légumes secs et de céréales, deux produits alimentaires essentiels, a été réduite et les rations alimentaires seront bientôt réduites de moitié, condamnant 87 000 des 191 000 réfugiés à la malnutrition.

« Déjà, on entend parler de femmes réfugiés qui ont recours à la prostitution pour subvenir à leurs besoins et ceux de leurs enfants », prévient le HCR.

En Tanzanie, les rations journalières de légumes secs et de maïs ont été réduites, au mois d'octobre, de 25% dans 13 camps de réfugiés burundais et congolais. La malnutrition menace aussi 118 000 réfugiés en Ethiopie et 224 000 autres réfugiés au Kenya. Ces deux pays vont devoir faire face à des coupures immédiates à moins que des donations immédiates en liquide ou en rations alimentaires n'arrivent, indique le communiqué.

En République démocratique du Congo, le PAM indique qu'il aura besoin de réduire de 30% les rations alimentaires d'ici à janvier, ce qui aura des conséquences pour des milliers de personnes déplacées et de réfugiés.

En conséquence, « le HCR exhorte les pays donateurs du monde entier à apporter une aide généreuse pour répondre aux appels du Programme alimentaire mondial », indique le communiqué.