Moyen-Orient : une chance de relancer la paix, selon un haut responsable de l'ONU

16 décembre 2004

« Il existe une chance de revitaliser le processus de paix au Moyen-Orient » a affirmé le Secrétaire-général adjoint aux affaires politiques de l'ONU devant le Conseil de sécurité, saluant la coopération des deux parties dans la préparation des élections palestiniennes du 9 janvier 2005, mais déplorant « un niveau de violence » encore inquiétant.

« Ce mois-ci, je suis heureux de confirmer qu'il existe, une fois de plus, une chance de revitaliser le processus de paix au Moyen-Orient », a déclaré ce matin le Secrétaire-général adjoint aux affaires politiques, Kieran Prendergast, devant le Conseil de sécurité, réuni pour une séance sur la situation au Moyen-Orient et la question palestinienne.

« Des progrès notables ont été accomplis pour s'assurer que les élections présidentielles prévues pour le 9 janvier 2005 seront libres et équitables, conformément aux normes internationales », a indiqué Kieran Prendergast, précisant que plus de 400 observateurs électoraux internationaux seraient présents.

L'ONU, qui a fourni une assistance technique à la Commission centrale pour les élections, va aussi mettre en place une Unité d'appui et de liaison, grâce à une contribution du Japon, afin d'assister les travaux des observateurs et de faciliter leurs liens avec les autorités israéliennes, a-t-il indiqué.

A cet égard, le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York, a précisé que ce bureau devait ouvrir demain son Bureau à Ramallah, suivi peu après de l'ouverture d'une antenne à Gaza.

L'inscription des électeurs palestiniens a repris le 24 novembre et s'est poursuivie jusqu'au 1er décembre, ce qui porte maintenant à 80% le nombre d'adultes inscrits, a déclaré Kieran Prendergast.

« Israël n'a pas levé l'interdiction concernant l'enregistrement des électeurs à Jérusalem-Est mais nous a donné des garanties quant à l'application des modalités prévues dans les Accords d'Oslo, pour les élections de 1996, qui permettront à ces résidents de voter », a précisé le Secrétaire-général adjoint, qui a noté l'intention du Gouvernement israélien de lever les restrictions à la circulation et de se retirer des villages et villes palestiniens lors de l'élection.

Par ailleurs, Kieran Prendergast a rendu hommage à la déclaration du chef de l'OLP, Mahmoud Abbas, candidat à l'élection présidentielle, de s'engager à mettre fin « à la lutte armée » et à poursuivre désormais « la voie démocratique vers la libération ».

Il a aussi « pris note » de son évaluation lucide quant au fait que « l'appareil sécuritaire palestinien a besoin de discipline » et « qu'il cherchait à l'unifier » en raison du « chaos sécuritaire » existant.

« L'émergence d'une atmosphère plus positive » a conduit à faire baisser de façon notoire le soutien des Palestiniens à la violence et au terrorisme contre les Israéliens, précisant que pour la première fois depuis 2000 une étude montrait qu'une majorité de Palestiniens y étaient opposés.

« Récemment, certains hauts responsables du Hamas ont évoqué la possibilité d'un cessez-le-feu à long terme avec Israël », a-t-il indiqué.

Cette situation conduit aussi l'opinion publique israélienne à faire preuve de plus d'optimisme, a estimé le Secrétaire-général adjoint, qui a salué la coopération apportée par les autorités israéliennes aux autorités palestiniennes, et l'intention de cesser les incursions militaires si le calme s'installait.

« Le Chef de l'OLP, Abu Mazen [l'autre nom de Mahmoud Abbas], et le Premier Ministre Sharon se sont déclarés prêts à se rencontrer et ce dernier a reconnu que l'incitation à la haine dans les médias palestiniens s'était nettement réduite.

En conséquence, l'ONU a décidé de réduire le niveau de sécurité pour la Bande de Gaza de la phase 4 à la phase 3, a déclaré Kieran Prendergast.

Toutefois, a-t-il noté, en dépit de la réduction des incidents, « un niveau de violence inquiétant » persiste avec 52 Palestiniens et 7 Israéliens tués, et 172 Palestiniens et 29 Israéliens blessés depuis le 15 novembre dernier.

« Tous les membres du Quatuor [les Etats-Unis, la Fédération de Russie, l'ONU et l'Union européenne, impliqués dans le règlement de la question palestinienne] estiment à présent de façon unanime que la situation présente est propice au changement » a déclaré Kieran Prendergast, pour qui les deux événements moteurs sont le processus de transition de l'Autorité palestinienne et le plan de désengagement israélien de Gaza et de certaines parties du Nord de la Cisjordanie.

« A cet égard, le Premier Ministre Sharon a effectivement l'intention d'aller plus loin que tout autre Premier Ministre israélien avant lui, en évacuant les colonies israéliennes sur le territoire palestinien occupé, pour la première fois depuis 1967 », a affirmé Kieran Prendergast, qui a engagé Israël à saisir la main tendue par la Syrie et les offres de médiation du Président Moubarak de l'Egypte et du Roi Abdallah de la Jordanie.

A cet égard il a salué la déclaration du ministre des Affaires étrangères israélien, M. Shalom, qui a souligné que « toute déclaration manifestant un désir de paix d'un dirigeant arabe était une déclaration positive » et qu'elle serait examinée avec grande attention.

imageRetransmission de la séance du Conseil de sécurité [23 mins]

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.