Côte d'Ivoire : le Conseil de sécurité prendra en compte les efforts du Président Mbeki

Côte d'Ivoire : le Conseil de sécurité prendra en compte les efforts du Président Mbeki

media:entermedia_image:cab7eaf1-7557-48ed-a1be-065849ecdf06
A deux jours de la date fixée pour l'entrée en vigueur des sanctions contre la Côte d'Ivoire, le Président du Conseil de sécurité a annoncé qu'un projet de déclaration présidentielle était en cours d'élaboration et qu'il prendrait en compte les efforts de facilitation du Président de l'Afrique du Sud, Thabo Mbeki.

« Le Conseil travaille sur un projet de déclaration présidentielle, qui doit être diffusé le 15 décembre » et qui prend en compte les efforts de facilitation menés au nom de l'Union africaine par le Président de l'Afrique du Sud, Thabo Mbeki, auquel il exprime son soutien », a déclaré aujourd'hui le Président du Conseil de sécurité, l'ambassadeur de l'Algérie, Abdallah Baali, à l'issue de consultations sur la Côte d'Ivoire.

Le Conseil a entendu un exposé du Représentant spécial du Secrétaire général, Albert Tévoédjrè, qui doit bientôt quitter ses fonctions, et auquel le Président du Conseil a rendu hommage (voir notre dépêche du 6 décembre 2004).

« Le Conseil travaille également à la pleine mise en oeuvre » de la résolution 1572, adoptée le 15 novembre dernier et demeure vigilant quant à la mise en oeuvre rigoureuse, par les parties, de leurs engagements, a-t-il précisé.

Le Président du Conseil a précisé à cet égard que l'embargo sur les armes était déjà en place et qu'il s'agissait donc de s'assurer qu'il était pleinement respecté (voir, sur les sanctions mises en place, notre dépêche du 15 novembre 2004).

Par ailleurs, « le Conseil réitère son appel à toutes les parties à travailler en coopération avec l'ONU et les organisations humanitaires afin qu'elles puissent apporter leur assistance aux personnes qui en ont besoin en Côte d'Ivoire ».

Interrogé par un membre de la presse sur le statut des sanctions, qui doivent entrer en vigueur automatiquement, aux termes de la résolution 1572, si les parties n'ont pas respecté leurs obligations, le Président du Conseil de sécurité a indiqué qu'il existait « une nouvelle dynamique, en raison des efforts du Président Mbeki », et que le « Conseil souhaitait qu'elle se poursuive ».

« Mais nous resterons vigilants », a-t-il souligné.

Quant aux autres sanctions, notamment les restrictions aux déplacements et le gel des avoirs, M. Baali a indiqué que le Conseil entendait « donner une chance aux efforts du Président Mbeki avant de prendre de nouvelles mesures ».

La déclaration présidentielle devrait être adoptée le 15 décembre, et devrait donner « une idée finale de la position du Conseil de sécurité », a informé le Président du Conseil de sécurité.