VIH/sida : 80 chefs religieux arabes s'engagent à lutter contre l'épidémie

13 décembre 2004

Pas moins de 80 chefs religieux du monde arabe se sont engagés à lutter contre le VIH/sida, dans une Déclaration qui souligne leur grande part de responsabilité dans la propagation de l'épidémie et leur devoir d'agir rapidement pour l'enrayer, adoptée sous l'égide de l'agence de l'ONU pour le développement.

« Nous, leaders musulmans et chrétiens, luttant contre l'épidémie du sida dans le monde arabe, faisons face au danger imminent de l'épidémie du VIH/sida et reconnaissons une grande part de responsabilité et un devoir d'agir de façon urgente », ont affirmé les chefs religieux dans une « Déclaration des chefs religieux du monde arabe en réponse à l'épidémie du VIH/sida » adoptée au Caire à l'issue d'une réunion de trois jours qui s'est ouverte le 10 décembre, indique un communiqué du PNUD diffusé aujourd'hui (en anglais).

Selon le PNUD, qui a organisé la réunion sous les auspices de la Ligue des Etats arabes, l'engagement des chefs religieux dans la lutte contre le sida permettra un recul de l'épidémie dans le monde arabe.

« Aujourd'hui, la région a encore cette chance unique de pouvoir faire reculer la propagation du virus du sida. Demain, il sera trop tard comme il l'a été dans certaines régions du monde », a déclaré de son côté Khadija Moalla, Coordonnatrice du PNUD pour le monde arabe.

« Des discussions constructives et passionnées sur la question du VIH/SIDA ont abouti à cette déclaration finale signée aujourd'hui au Caire par 80 chefs religieux majeurs de la région », précise le PNUD qui se félicite aussi du fait que la déclaration abolisse clairement « toute forme de discrimination, d'isolation, de marginalisation et de stigmatisation des personnes affectées par le virus ».

Le communiqué rappelle par ailleurs que, dans le monde arabe, 92 000 personnes ont été récemment infectées et qu'aujourd'hui entre 230 000 et 1,5 millions personnes vivent avec le virus. 28 000 personnes sont mortes du sida dans cette région.

Le PNUD précise enfin que 250 000 femmes vivent avec le virus et que 48% des adultes portant le virus sont des femmes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.