TPIY : protection des témoins pour le procès des membres de l'UCK

23 novembre 2004

Dans le cadre de la poursuite du procès des trois membres de l'UCK, le Tribunal de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie prend des mesures de protection des témoins et engage fermement les médias à respecter leur anonymat.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie ( TPIY ) annonce la poursuite du jugement de trois membres de l'Armée de libération du Kosovo (ALK), plus connu sous son sigle albanais, l'UCK (Ushtria Çlirimtare ë Kosovë), inculpés de crimes contre l'humanité et de crimes contre les lois de la guerre, dans un communiqué du Tribunal (en anglais), qui indique que le Procureur appellera bientôt les premiers témoins de l'ex-Yougoslavie. Fatmir Limaj, Haradin Bala et Isak Musliu sont accusés d'avoir participé à une « entreprise criminelle conjointe » entre mai 1998 et août 1998, et d'avoir commis, contre des civils serbes et ceux qui étaient perçus comme des collaborateurs albanais, « des actes d'intimidation, d'emprisonnement, de violence et de meurtre » (voir notre dépêche du 15 novembre 2004).

Le Tribunal précise que, bien que la plupart des témoins vont devoir comparaître publiquement, « certains bénéficieront de mesures de protection en salle d'audience », et demande aux membres des médias de s'abstenir de révéler toute information permettant d'identifier ces personnes.

« Même si les témoins seront pleinement visibles aux accusés et à leurs avocats, leur identité pourra être protégée du public par l'usage d'un pseudonyme et la retransmission vidéo pourra être pixélisée afin de protéger leur image et leur voix », précise le communiqué du TPIY.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.