Côte d'Ivoire : écoles rouvertes à Abidjan à l'exception des quatre écoles françaises

18 novembre 2004

Le Représentant spécial de l'ONU en Côte d'Ivoire et le commandant de la Force de l'ONU se sont rendus dans le Nord où ils ont visité les sites bombardés et où auraient eu lieu des violations des droits de l'homme tandis qu'à Abidjan, les écoles ont rouvert, dans un contexte tendu et à l'exception des quatre écoles françaises.

Pour la première fois depuis que le conflit a éclaté en Côte d'Ivoire, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Côte d'Ivoire, Albert Tervoedjre, s'est rendu à Bouaké dans le nord du pays, en compagnie du Commandant de la Force de l'ONU, le général Abdoulaye Fall, a indiqué aujourd'hui le porte-parole de l'ONU, Fred Eckhard.

La délégation de l'ONU s'est entretenue avec le Secrétaire général des Forces nouvelles, Guillaume Soro et s'est rendu sur les trois sites bombardés, la semaine dernière.

Le Représentant spécial a réaffirmé la volonté de l'ONU d'aider à remettre le processus de paix sur la bonne voie tandis que le général Fall expliquait quel avait été le rôle joué par les Casques bleus durant la crise, a précisé Fred Eckhard.

A Abidjan, a-t-il ajouté, on assiste à un retour progressif à la normale même si la situation reste tendue. Les bureaux, banques et commerces rouvrent leurs portes et les enfants retournent peu à peu dans les écoles à l'exception des quatre écoles françaises.

Selon la Mission de l'ONU dans le pays, des violations des droits qui seraient le fait d'éléments des Forces nouvelles, ont été signalées à Bouaké et dans d'autres régions du Nord.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.