Iraq : l'ONU souhaite des élections crédibles dans les temps, affirme le Représentant spécial

25 octobre 2004

Le renforcement du personnel de l'ONU en Iraq étant toujours suspendu à l'amélioration de la situation sécuritaire, le Représentant spécial de l'ONU pour l'Iraq a souligné aujourd'hui devant le Conseil national intérimaire iraquien que l'ONU soutenait son attachement à ce que des élections crédibles soient organisées dans les temps et qu'elle remplissait sa mission d'assistance électorale.

« Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Ashraf Qazi, a participé aujourd'hui à une réunion du Conseil national intérimaire iraquien », a informé le porte parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Lors d'une réunion informelle avec les membres du Conseil, M. Qazi a souligné que « l'ONU, comme le Conseil intérimaire, avait à c?ur de convoquer des élections crédibles dans les temps », a souligné le porte parole.

« L'appui technique et les conseils stratégiques dispensés avec dévouement par l'équipe d'experts de l'ONU ont été cruciaux pour permettre à la Commission électorale iraquienne indépendante d'accomplir la tâche d'organiser les élections », a-t-il ajouté.

A cet égard, il a souligné que « bien que le personnel de l'ONU en Iraq soit limité en nombre, l'ONU avait été en mesure de remplir son mandat concernant les élections », indique un communiqué de la MANUI, la Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq.

« En Iraq, l'ONU n'a pas besoin du grand nombre de personnel déployé dans d'autres pays, où les gens ont peu d'expérience en matière d'organisation des élections, et où l'ONU a dû prendre la responsabilité de l'organisation du vote », a souligné le Représentant spécial et chef de la MANUI, ajoutant que « l'Iraq était une société sophistiquée, disposant de gens capables et talentueux, et que le pays avait une expérience dans le déroulement des élections ».

Le 21 octobre, interrogé sur le point de savoir « s'il était ou non réaliste de penser pouvoir tenir des élections en Iraq d'ici à janvier prochain », le Secrétaire général, Kofi Annan, avait répondu que c'était techniquement faisable en fonction de ce qui se passait au cours des deux mois à venir (voir notre dépêche du 21 octobre).

Quant au fait de savoir si l'équipe de l'ONU qui aide sur place les Iraquiens à organiser les élections serait renforcée, le Secrétaire général notait que « plus la date des élections serait proche, plus le besoin de personnel supplémentaire se ferait sentir » mais que cela ne serait possible que si les circonstances s'y prêtaient, c'est-à-dire si la sécurité s'améliorait réellement ou si des arrangements solides étaient mis en place pour sa protection.

Ahsraf Qazi a aussi expliqué que « le mandat de la Mission de l'ONU en Iraq comportait également une contribution au processus politique », précisant que les experts de l'ONU avaient aussi rencontré les diverses entités politiques pour expliquer le processus électoral.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.