Le Tribunal de La Haye entendra Milosevic qui ne veut pas d'un avocat d'office

20 octobre 2004

Le Tribunal de l'ONU pour l'ex-Yougoslavie entendra demain les arguments des parties sur l'appel de Slobodan Milosevic, qui conteste la désignation d'office, par le Tribunal, d'un avocat pour l'assister alors qu'il a toujours insisté pour se défendre seul.

« La Chambre d'appel du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie ( TPIY ) rouvrira demain ses débats dans le cadre du procès de Slobodan Milosevic afin d'entendre les arguments des parties sur l'appel de la décision de la chambre de première instance d'assigner un avocat d'office à l'ex-dirigeant serbe », a déclaré aujourd'hui le porte-parole du Tribunal, Jim Landale.

Interrogé sur les allégations de l'avocat hollandais de M. Milosevic, selon lesquelles ce dernier n'aurait pas bénéficié des soins d'un spécialiste, son médecin soignant, M. Dijkman, n'étant pas cardiologue, le porte-parole du Tribunal a indiqué qu'en toute hypothèse, M. Milosevic avait été suivi avec attention par plusieurs médecins et qu'il avait bénéficié des meilleurs traitements.

« Lorsqu'il a eu besoin de traitements ou d'examens complémentaires », il en a bénéficié, a précisé le porte-parole.

Le 2 septembre dernier, le TPIY avait décidé de nommer d'office un avocat pour appuyer l'ancien dirigeant yougoslave dans sa défense qu'il a toujours insisté pour assurer seul.

Le bureau du Procureur avait indiqué que « la santé de M. Milosevic était si mauvaise qu'il devrait recevoir l'aide d'un avocat », précisant que M. Milosevic, malgré ses dénégations, aurait volontairement aggravé son état de santé en absorbant des médicaments de façon contre-indiquée (voir notre dépêche du 2 septembre 2004).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.