Afghanistan : le transport des derniers bulletins de vote retardé par les intempéries

18 octobre 2004

Les derniers bulletins de vote en provenance du Badkhstan ne pourront arriver aujourd'hui comme prévu dans le centre de dépouillement de Kunduz en raison du mauvais temps, indique la Mission de l'ONU dans le pays, alors que le décompte des voix a commencé depuis jeudi dernier.

Hier dimanche, qui aurait dû être le jour où les dernières urnes contenant les derniers bulletins de vote à l'élection présidentielle parvenaient dans les centres de dépouillement n'a pas tenu ses promesses, a indiqué hier à Kaboul, le porte-parole de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Afghanistan (MANUA), Manoel de Almeida e Silva.

En effet, s'il était prévu que les dernières urnes en provenance d'Iran devaient bien arriver à destination hier après midi, le transport des quatre dernières urnes du Badakhstan a dû être retardé en raison du mauvais temps.

« Un hélicoptère va s'engager, espérons-le demain [aujourd'hui], dans le corridor de Wakhan et ramener les quatre urnes restantes et six personnes qui se trouvaient là-bas pour gérer les élections le 9 octobre », a annoncé hier Manoel de Almeida.

Le 12 octobre dernier, un hélicoptère n'ayant pas encore commencé la collecte des urnes, s'était écrasé sans dommages autres que matériels dans un champ enneigé de ce même corridor de Wakhan dans le Badkahstan,

(voir notre dépêche du 14 octobre.)

Au cours de ce même point avec la presse hier, le Vice-président du JEMB (acronyme anglais désignant l'Organe mixte d'administration des élections afghan) a apporté des précisions sur le double système de plaintes mis en place, celui existant au sein-même de l'instance électorale mixte et le groupe d'experts électoraux indépendants.

Il a indiqué notamment, en réponse à une question d'un membre de la presse, que les candidats aux élections, réunis dans un Conseil de coordination, dès le premier jour de sa création, avaient contesté le JEMB lui-même et que, par conséquent, ils n'avaient pas voulu utiliser les services de dépôt de plaintes existant au sein de l'instance.

Ray Kennedy a par ailleurs fait observer que les plaintes orales étaient beaucoup plus nombreuses que celles déposées formellement. « Nous avons constaté que, très souvent, les plaintes résultaient d'une mauvaise compréhension des procédures mises en place pour les élections, et qu'une fois celles-ci expliquées, il y avait beaucoup moins de plaintes », a-t-il indiqué, après avoir détaillé la procédure de traitement des plaintes au sein du JEMB.

« Ce que nous avons observé tout au long du processus », a-t-il précisé, « c'est que les gens préfèrent se plaindre oralement mais que, quand on leur demande de mettre leur plaintes par écrit [...] même si nous leur offrons de les aider [...], ils refusent. »

La veille, le porte parole de la MANUA avait indiqué que le décompte des voix se poursuivait à un rythme régulier, précisant que, samedi à 13 heures, 78 634 bulletins avaient été décomptés dans huit provinces. Il annonçait également la mise en place d'un site Internet (www.afg-electionresults.org) qui permettait de suivre le décompte des voix.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.