Le meurtre « sanglant » d'un journaliste au Bangladesh condamné par l'UNESCO

7 octobre 2004

Le meurtre d'un journaliste bangladeshi, tué à coups de hache le 2 octobre dernier, a été condamné aujourd'hui par le directeur de l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture comme une attaque contre la démocratie.

Le directeur général de l'Organisation pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd'hui le meurtre sanglant de Dipankar Chakrabarty tué à coups de hache, le 2 octobre, à Sherpur, au Nord-ouest du Bangladesh. « Ce journaliste qui était également vice-président de l'Union fédérale des journalistes aurait été menacé à cause de ses articles sur le crime organisé. Son meurtre n'est pas seulement un crime contre une personne, il constitue une attaque intolérable contre la démocratie et l'Etat de droit, qui supposent que les journalistes puissent travailler sans entraves pour des médias libres et indépendants », a déclaré M. Matsuura.

Dipankar Chakrabarty, rédacteur en chef du quotidien Durjoy Bangla a été tué par des agresseurs non-identifiés mais la police estime que les assaillants étaient probablement des « professionnels ». Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et Reporters sans Frontières (RSF), Dipankar Chakrabarty est le sixième journaliste tué cette année au Bangladesh.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.