Le Conseil exécutif de l'UNESCO se réunit à partir de demain

27 septembre 2004

Le Conseil exécutif de l'UNESCO se réunit à Paris à partir demain et jusqu'au 14 octobre pour discuter de bioéthique, de la coopération avec l'Angola, la Côte d'Ivoire et la République démocratique du Congo, de l'Afghanistan ainsi que de l'Education pour tous et du dialogue entre les civilisations.

Le Conseil exécutif de l'UNESCO se réunit à Paris à partir demain et jusqu'au 14 octobre pour discuter de bioéthique, de la coopération avec l'Angola, la Côte d'Ivoire et la République démocratique du Congo, de l'Afghanistan ainsi que de l'Education pour tous et du dialogue entre les civilisations.

L'élaboration d'une « Déclaration relative à des normes universelles en matière de bioéthique », le « renforcement de la coopération avec l'Angola, la Côte d'Ivoire et la République démocratique du Congo » et le « Programme commun d'assistance à l'Afghanistan » figureront à l'ordre du jour du Conseil exécutif de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO en anglais) qui tiendra sa 170e session, à Paris, du 28 septembre au 14 octobre, indique un communiqué de l'organisation rendu public aujourd'hui.

Au programme également : le rôle de l'UNESCO dans l'Éducation pour tous (EPT). « Depuis le Forum mondial sur l'éducation qui s'est tenu à Dakar, il y a un peu plus de quatre ans, l'UNESCO s'est faite le champion de la cause de l'EPT dans le monde et a assuré la coordination des actions des multiples partenaires », rappelle le communiqué.

Il précise qu'« elle a lancé de nouvelles initiatives dans des domaines clés des travaux relevant de ses compétences : l'alphabétisation, l'éducation préventive contre le VIH/sida et la formation des enseignants en Afrique subsaharienne ».

La promotion de « la diversité culturelle » et du « dialogue entre les civilisations » à l'heure de la mondialisation feront aussi l'objet de discussions car, comme le déclare le président du Conseil exécutif Hans-Heinrich, « la mondialisation a des avantages, mais elle représente aussi un formidable défi si l'on veut préserver la richesse que constitue la diversité culturelle et intellectuelle des civilisations ».

Cette question fera l'objet d'un débat spécial le 13 octobre auquel participera Tu Weimimg, professeur d'histoire et de philosophie chinoises à l'Université de Harvard et auteur de « Crossing the Divide », un ouvrage sur le « dialogue entre les civilisations ».

Composé de 58 des 190 États membres de l'UNESCO, le Conseil exécutif, présidé par l'ambassadeur allemand Hans-Heinrich, se réunit deux fois par an.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.