Fermeture de camps de réfugiés afghans au Pakistan

22 septembre 2004

L'agence de l'ONU pour les réfugiés annonce qu'elle est en mesure de fermer les « nouveaux » camps de réfugiés afghans au Pakistan, ceux établis pour faire face à la dernière vague de réfugiés en 2001, et rappelle qu'environ un million d'autres réfugiés continuent de vivre dans des camps plus anciens du Pakistan.

Dans un communiqué publié aujourd'hui à Islamabad, le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) annonce qu'il est maintenant en mesure de fermer les « nouveaux » camps de réfugiés afghans, des camps qui avaient été édifiés en urgence à la frontière, côté Pakistan, pour faire face à la dernière vague de réfugiés qui avaient fui la guerre en 2001.

Près de 40 000 réfugiés afghans qui vivaient dans les neufs « nouveaux » camps situés à la frontière Nord-ouest de l'Afghanistan et plus de 40 000 autres réfugiés des camps de la province de Baloutchistan (carte) sont rentrés en Afghanistan. Un rapatriement qui a été réalisé au cours des trois derniers mois car au début de l'été, « encore 60% des réfugiés vivaient dans ces camps », précise le communiqué.

Le HCR et le gouvernement du Pakistan avaient dévoilé, au début du mois de juillet, leur plan de retrait et annoncé que les réfugiés afghans qui souhaitaient être rapatriés recevraient une aide qui comprendrait trois mois d'assistance alimentaire et une tente.

« La plupart des réfugiés afghans ont décidé de rentrer chez eux, d'autres ont été re-localisés dans d'autres camps du Pakistan » indique l'agence de l'ONU.

L'agence et le Pakistan souhaitaient que ces rapatriements se fassent de manière volontaire et que « personne ne soit forcé à rentrer en Afghanistan, surtout dans les cas où il existait une peur légitime à y retourner », explique l'agence. Un grand nombre de réfugiés afghans appartiennent à l'ethnie pachtoune du Nord de l'Afghanistan.

Déjà au début du mois, le HCR avait pu annoncer la fermeture des neufs « nouveaux » camps situés le long de la frontière avec la province Nord-ouest. Vendredi dernier, elle a mis fin à ses opérations dans les quatre camps de Chaman qui se trouve à la frontière de Baloutchistan. La dernière étape de ce retrait a été marquée, lundi 20 septembre, par l'arrêt du soutien apporté par le HCR au « nouveau » camp de Latifabad, précise le communiqué.

Un million de réfugiés afghans continue cependant de vivre au Pakistan dans d'autres camps plus anciens, établis pour faire face à la vague des réfugiés déclenchée par l'invasion soviétique en 1979 et qui a continué pendant la guerre civile. Par ailleurs, un nombre « inconnu mais important » d'Afghans vit toujours dans les villes du Pakistan indique le HCR.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.