Possible retard dans le transfert de la péninsule de Bakassi au Cameroun

15 septembre 2004

Bien que la souveraineté du Cameroun ne soit pas remise en cause, le transfert d'autorité de la péninsule de Bakassi du Nigeria au Cameroun, qui devait s'effectuer le 15 septembre, pourrait être retardée « pour des raisons techniques inattendues », indique le Président de la Commission mixte chargée de faciliter l'application de la décision de la Cour internationale de justice de la Haye attribuant cette zone frontalière au Cameroun.

Bien que la souveraineté du Cameroun ne soit pas remise en cause, le transfert d'autorité de la péninsule de Bakassi du Nigeria au Cameroun, qui devait s'effectuer le 15 septembre, pourrait être retardée « pour des raisons techniques inattendues », indique le Président de la Commission mixte chargée de faciliter l'application de la décision de la Cour internationale de justice de la Haye attribuant cette zone frontalière au Cameroun.

« Dans son Programme de travail, la Commission Mixte avait prévu d'observer le retrait et le transfert d'autorité du Nigeria au Cameroun, le 15 septembre, de la péninsule de Bakassi. Bien que la souveraineté du Cameroun ne soit pas remise en cause, l'opération prévue pourrait être retardée pour des raisons techniques inattendues », a indiqué le Président de la Commission Mixte Cameroun Nigeria, Ahmedou Ould-Abdallah.

Dans cette déclaration, évoquée hier par le porte-parole de l'ONU à New York, Fred Eckhard, Ahmedou Ould-Abdallah se dit « confiant que le succès n'est pas loin » et indique que ses services feront connaître un nouveau programme de travail dans les prochains jours.

« Le Gouvernement à Yaoundé est informé de ces nouveaux développements et je compte sur son soutien habituel et son entière coopération », ajoute-t-il.

Le Président de la Commission mixte rappelle que celle-ci « mène à bien ses autres activités de manière satisfaisante », que « les observateurs étaient maintenant opérationnels et leurs opérations actuelles incluent des visites de terrain dans la zone du Lac Tchad achevées la semaine dernière et celles prévues le long de la frontière terrestre les 15 et 16 Novembre prochains. »

« Le processus de démarcation, géré par un nouvel expert expérimenté des Nations Unies, avance. En ce qui concerne la frontière maritime, les deux parties ont présenté à mon bureau leurs avis sur les modalités quant au tracé de la frontière maritime telle que délimitée par la Cour Internationale de Justice. Les parties devront en délibérer sans condition préalable après accord de leurs gouvernements », ajoute-t-il dans le communiqué diffusé par la Commission.

Le Président de la Commission, qui est également Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest, ajoute que « le Secrétaire général des Nations Unies est tenu informé des développements relatifs à cette question à laquelle il attache une grande importance. »

Etablie en novembre 2002 par le Secrétaire général des Nations Unies à la demande des Présidents du Cameroun et du Nigeria, la Commission Mixte est chargée de suivre l'application de l'arrêt de la Cour Internationale de Justice (CIJ) du 10 octobre 2002 relative à la délimitation de la frontière terrestre et maritime entre les deux pays.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.