Le Rapporteur spécial sur la torture rappelle l'Ouzbékistan à ses obligations

Le Rapporteur spécial sur la torture rappelle l'Ouzbékistan à ses obligations

Le Rapporteur spécial sur la torture a déclaré aujourd'hui regretter profondément les informations selon lesquelles des personnes continueraient à être exécutées en Ouzbékistan, sur la foi d'aveux extorqués sous la torture.

Le Rapporteur spécial sur la torture, a déclaré aujourd'hui regretter profondément les informations selon lesquelles des personnes continueraient à être exécutées en Ouzbékistan, sur la foi d'aveux extorqués sous la torture.

Dans cette déclaration, M. Theo van Boven déplore vivement que, dans un certain nombre de cas, le Gouvernement n'ait pas tenu compte des demandes que lui avait adressées le Comité des droits de l'homme de l'ONU afin que les exécutions soient suspendues en attendant l'examen de ces cas, indique un communiqué publié par l'Office des Nations Unies à Genève.

Depuis la publication du rapport de Théo Van Boven sur la visite qu'il a effectuée en Ouzbékistan en novembre et décembre 2002, au moins neuf prisonniers ont été exécutés en dépit des demandes du Comité de surseoir à leur exécution jusqu'à l'examen de leurs cas, indique le communiqué qui précise qu'encore récemment, le 10 août dernier, Azizbek Karimov et Yusuf Zhumayev auraient été exécutés en dépit des interventions du Comité.

Le Rapporteur spécial lance un appel au Gouvernement ouzbek lui demandant notamment de respecter strictement ses obligations internationales dans le domaine des droits de l'homme, au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, de son Protocole additionnel ainsi que de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

---