Inondations au Bangladesh : conférence de donateurs pour compléter l'Appel d'urgence

31 août 2004

Une conférence de donateurs s'est réunie à Genève aujourd'hui, pour répondre à l'Appel éclair à financement pour le Bangladesh frappé par les inondations en juillet, les 210 millions de dollars sollicités n'ayant été fournis qu'à hauteur d'un tiers.

Le 12 août dernier, le Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA) avait publié un appel éclair (en anglais) pour le Bangladesh, en faveur des victimes des inondations dans ce pays, « qui ont fait 900 morts et conduit au déplacement de 4 millions de personnes » selon le Bureau de l'ONU (voir notre dépêche du 12 août dernier).

Au lendemain des inondations, « il existe une crise humanitaire silencieuse » à présent dans le pays, a déclaré Elizabeth Byrs, porte-parole du Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA), lors d'un point avec la presse qui s'est tenu aujourd'hui à Genève, au Siège des Nations Unies.

Or, a-t-elle souligné, « selon le Coordonnateur résident des Nations Unies au Bangladesh, [Jorgen Lissner], un tiers seulement des 210 millions de dollars sollicités ont été reçus. »

« Les très pauvres sont particulièrement menacés dans la mesure où leurs réserves de nourriture sont épuisées et leurs biens engloutis ou vendus pour survivre », indiquait Jorgen Lissner au lancement de l'appel éclair.

Ce dernier soulignait que la période suivant les inondations, qui ont frappé le pays pendant plus d'un mois en juillet, étaient « un moment particulièrement difficile pour les très pauvres dont un grand nombre se débattait déjà avant le désastre pour ne pas sombrer dans l'extrême pauvreté ».

Grâce à l'Appel lancé, l'ONU indiquait espérer lever assez de fonds pour aiderles plus démunis se trouvant dans les secteurs les plus sévèrement inondés, à se procurer de l'eau potable, de la nourriture, des abris et à trouver des sources de revenus pendant les six prochains mois.

Le plan élaboré par l'ONU prévoit de fournir des semences, des alevins et des instruments agricoles aux agriculteurs tandis qu'à d'autres corporations comme les tisserands et les boutiquiers, elle apportera l'aide nécessaire pour qu'ils retrouvent leur capital englouti.

Simultanément, des projets de reconstruction intensive d'infrastructures, créateurs de millions d'emplois, sont planifiés en collaboration avec le gouvernement. Ils contribueront à la reconstruction de certains systèmes de communications et de transport, indiquait l'ONU lors du lancement de l'Appel éclair.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.