Soudan : 434 millions de dollars manquants, selon la coordination humanitaire de l'ONU

25 août 2004

« Il manque encore 434 millions de dollars sur les 722 nécessaires pour faire face aux besoins les plus urgents dans la crise humanitaire au Soudan, d'ici à la fin de l'année » prévient aujourd'hui la Coordination humanitaire de l'ONU, qui présente un nouvel appel consolidé révisé à la hausse pour toutes les agences de l'Organisation et qui rappelle que la crise au Soudan n'est pas limitée au Darfour.

« Bien que le nombre de personnes ayant un besoin critique d'assistance humanitaire soit monté en flèche au Darfour, j'implore la communauté internationale de se souvenir aussi des millions de personnes vulnérables qui luttent pour survivre dans tout le pays », a prévenu le Coordonnateur des affaires humanitaires pour le Soudan, Manuel Aranda da Silva, dans un communiqué (en anglais) du Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA), paru aujourd'hui.

Rien que pour le Darfour, l'appel à l'assistance humanitaire a été révisé de 250 millions de dollars en mars et porté à 365 millions, souligne le communiqué, qui précise que 188 millions de dollars sont nécessaires simplement pour subvenir aux besoins des 1,5 million de personnes déplacées, ce chiffre risquant d'atteindre les 2 millions d'ici au mois d'octobre.

Les 115 millions de dollars supplémentaires seront principalement utilisés pour les convois aériens du Programme alimentaire mondial (PAM), informe le communiqué.

« Les agences humanitaires ont permis d'éviter une catastrophe apocalyptique en se frayant un accès aux centaines de milliers de personnes déplacées par la guerre ces deux derniers mois mais la crise humanitaire est loin d'avoir disparu », déclare le Coordonnateur des affaires humanitaires qui souligne que 4 000 travailleurs humanitaires internationaux et soudanais sont à présent sur le terrain.

Mais les besoins s'étendent à d'autres régions et à d'autres urgences, souligne OCHA qui cite la fourniture d'une assistance de survie et d'une protection aux personnes déplacées à l'intérieur du territoire (DIT) et aux communautés d'accueil au Darfour, l'assistance aux personnes retournant par leur propres moyens au Sud-Soudan et l'aide à leur réintégration ainsi que la réponse aux besoins humanitaires dans le reste du Soudan.

« Toutes ces opérations d'assistance restent de toute évidence insuffisamment financées », souligne le Bureau de l'ONU.

A peine 17 millions de dollars ont été reçus sur les 153 millions requis pour assister les réfugiés qui rentrent dans leurs foyers par leurs propres moyens, en particulier en provenance du Nord, indique OCHA qui souligne qu'en août, près de 100 000 personnes avaient regagné leurs foyers dans le sud du pays à l'annonce de la signature de l'Accord de paix entre le Gouvernement du Soudan et le Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan (SPLM/A).

Ce mois-ci, l'évaluation d'une équipe conjointe interinstitutions a confirmé que plus de 50 d'entre ces réfugiés étaient morts de faim. Les populations déjà éprouvées dans le Sud se voient maintenant forcées de partager de maigres ressources avec les réfugiés, notamment dans le nord de la région de Bahr Al Ghazal (carte).

Le Système d'alerte rapide aux risques de famine (FEWSNET) prévient qu'une mauvaise récolte de maïs risque d'accroître l'insécurité alimentaire dans cette région ainsi que dans l'Est de la région d'Equatoria et dans les Etats du Haut-Nil, de Jonglei et d'Unity.

« Lorsque cessera la saison des pluies, le mois prochain, les organisations d'assistance prévoient que des dizaines de milliers de personnes supplémentaires risquent de poursuivre leur mouvement vers le Sud, ce qui pourrait conduire à une situation d'urgence humanitaire », prévient OCHA dans son communiqué.

Toujours dans le Sud du pays mais aussi dans le Centre et à l'Est, 110 millions de dollars supplémentaires sont nécessaires pour assister plus de trois millions de personnes qui vivent dans des conditions extrêmement précaires.

Par ailleurs, plus de 500 000 personnes reçoivent une assistance alimentaire vitale, au Kordofan, dans l'Etat de la Mer rouge et de Kassala, tandis que 100 000 réfugiés érythréens, dans les Etats de Kassala, Gedaref, Sennar et Gezira, qui se trouvent dans le pays depuis les années 70 et 80, continuent d'avoir besoin d'assistance, indique le communiqué d'OCHA.

- Dossier Soudan du site de l'ONU

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.